Inclusion

Ciné-ma différence : le cinéma c’est pour tout le monde !

Phographie prise avant une séance de Ciné-ma différenceLa médiathèque André Labarrère est la première bibliothèque de France à intégrer le réseau Ciné-ma différence  qui milite pour et organise des projections adaptées à de multiples publics, inclusives puisque l’objectif est de faire cohabiter dans une même séance des publics concernés par le handicap et d’autres qui ne le sont pas.

Pourquoi ?

Regardez la vidéo : https://youtu.be/DdKqOfy3w0U

Il s’agit donc :

  • d’ouvrir les portes des cinémas aux personnes en situation de handicap, comme à tout le monde, en même temps que tout le monde (pas de séance « réservée »)
  • de permettre à des familles de sortir ensemble, même si l’un d’entre eux est handicapé,
  • de changer le regard du « grand public » sur le handicap

Pour qui ?

Ces projections sont ouvertes à TOUS, avec ou sans handicap. Elles sont particulièrement adaptées aux personnes, enfants et adultes, autistes, polyhandicapés, avec un handicap mental, ou des troubles psychiques, présentant des troubles du comportement.

En quoi les séances sont-elles adaptées ?

Lien vers le film d’avant séance : http://www.cinemadifference.com/Film-avant-seance-POP-UP.html

  • Présence de bénévoles et d’agents accueillants et disponibles avant, pendant et après la séance. Ils sont nombreux (8 en moyenne, 2 agents et 6 bénévoles) et très visibles avec leurs gilets jaunes
  • Information de l’ensemble du public et en particulier du public non concerné par le handicap, selon différentes modalités (directement et individuellement par les bénévoles/ agents présents, flyers, discours collectif, film d’avant séance)
  • Extinction progressive de la lumière
  • Niveau sonore abaissé
  • Projection sous-titrée en français, éventuellement pour sourds et malentendants

Où ?

Dans l’auditorium de la médiathèque André Labarrère, Place Marguerite Laborde à Pau. La médiathèque est labellisée Tourisme et Handicap pour les 4 handicaps. L’auditorium fait 120 places dont 10 PMR.

Quand ?

6 séances par an le samedi, à 15h.

Prochaines séances :

  • 07 juillet 2018 : Vaïana, la légende du bout du monde
  • 22 septembre 2018
  • 1er décembre 2018

Comment ?

C’est gratuit ! (comme tous les services du réseau des médiathèques de la Communauté d’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées depuis 2009),  dans la limite des places disponibles. La réservation est recommandée pour les groupes et les personnes en fauteuil.

Quoi ?

Les films projetés sont toujours des films grand public, familiaux, choisis parmi le large fonds de DVD du réseau des médiathèques. Ce sont en général des films récents, mais aussi, pourquoi pas, des films plus classiques que l’on a plaisir à redécouvrir sur grand écran. Ont déjà été proposés : Vice Versa, Le petit Nicolas, Belle et Sébastien, Belle et Sébastien : l’aventure continue, Le Pôle Express, Un monstre à Paris, E.T l’extra-terrestre, L’ascension.

Qui s’en occupe à Pau ?

La coordination est assurée par Sylvia Gonzalez, chargée de mission handicap de la ville de Pau et Anne-Laure Garrigues, bibliothécaire à la médiathèque André Labarrère. Les bénévoles présents aux séances sont issus de 3 associations (+ 1 étudiant) :

Ces associations assurent aussi un relais efficace pour toucher le public handicapé.

Et comment ça se passe, après 7 séances ?

Très bien !

  • Depuis 1 an, aucun incident à déclarer, des séances très calmes
  • Des gens heureux à la sortie ! (et qui nous le disent)
  • Une reconnaissance de la part des personnes concernées par le handicap, qui osent enfin venir. Certains sont venus pour la première fois « au cinéma » grâce à ce dispositif.
  • Très bon accueil de la part des personnes non concernées par le handicap, séduites par le principe, qui réalisent la difficultés des autres et sont rassurées par la présence des bénévoles (qui les dispensent d’intervenir en cas d’éventuel problème)
  • Des bénéficiaires imprévus : familles avec nourrisson ou enfants en bas âge
  • Et du coup des agents et des bénévoles fiers et prêts à recommencer

Quelques chiffres :

En 2017, sur 5 séances, le nombre moyen de spectateurs était de 50 dont 27 concernés par le handicap. En 2018, sur 3 séances, ce nombre est passé à 75 dont 55 concernés par le handicap.

Envie d’en savoir plus, contactez Anne-Laure GARRIGUES

Publicités

Numok 2016 : 2 ateliers accessibles aux déficients visuels à la médiathèque Marguerite Duras

Par Hélène Kudzia

Lors d’une journée d’étude sur les tablettes, destinée aux bibliothécaires de la Ville de Paris, Fabienne Le Hein et moi avons présenté 2 ateliers numériques inclusifs, accessibles aux déficients visuels. Nous partageons ici la trame de notre intervention sous la forme d’un PowerPoint, car nous pensons que ces actions peuvent facilement être reconduites à la médiathèque Duras ou ailleurs. 

2 enfants un casque sur les oreilles, une tablette dans les mains

Atelier jeux sonores à la médiathèque Marguerite Duras : on joue à A blind Legend (copyright Médiathèque Marguerite Duras)

En octobre 2016 a eu lieu la 2e édition du festival Numok, autour de la culture numérique. Et cette année 2 ateliers étaient accessibles aux déficients visuels !

1. Atelier collectif de découverte des applications participatives (toutes les applications ne sont pas accessibles avec VoiceOver).

2. Jeux sonores

Toutes les applications présentées sont gratuites et disponibles sous IOS.

 

 

Compte-rendu de notre journée d’étude du 31 mars consacrée à l’inclusion

Par Marie-Noëlle Andissac

Le 31 mars dernier, les commissions Accessibib et Légothèque avec le groupe ABF régional Midi-Pyrénées organisaient à la médiathèque José Cabanis de Toulouse une journée d’étude sur le thème Des bibliothèques inclusives : inclure, valoriser, co-construire. L’inclusion y était abordée à la fois sous l’angle du handicap et des différentes cultures. Cette journée a rassemblé environ 70 collègues qui ont posé de nombreuses questions à nos différents intervenants.

La journée s’organisait autour de trois tables-rondes.  La première a permis de montrer comment les bibliothèques peuvent s’adapter pour inclure les publics fragilisés à travers les exemples de  la  bibliothèque de Chassieu et celle de Chaptal à Paris. La seconde concernait la valorisation des potentialités des publics à travers les expériences de Living library à Rennes et de don de voix à Lyon. Enfin, la dernière a permis de présenter des expériences de co-construction de services avec les usagers autour des projets Melting Popotes à Romans et de la maison d’édition Les doigts qui rêvent.

Retrouvez ci-dessous ainsi que sur le blog de Légothèque et le site ABF Midi-Pyrénées les comptes-rendus de ces échanges rédigés par Coline Renaudin, présidente du groupe ABF Midi Pyrénées.

Introduction de la journée par Marie-Noëlle Andissac, Accessibib

Permanences à Chassieu (Rhône) sur les aires des gens du voyage par Morgan Le Ho

L’adaptation d’une bibliothèque à la culture sourde : l’exemple de la bibliothèque Chaptal à Paris par Anne-Laurence Gautier

Living Library, l’expérience de la bibliothèque Rennes Métropole, dans la cadre de la semaine de la santé mentale par Christine Cordonnier

Numérique et sensibilisation au handicap : l’expérience du don de voix numérique à la bibliothèque de la Part-Dieu par Carole Deguy

Melting Popotes à la Médiathèque de Romans sur Isère par Odile Fayolle

Conclusion de la journée par Thomas Chaimbault, Légothèque