bibliothèques

Numok 2016 : 2 ateliers accessibles aux déficients visuels à la médiathèque Marguerite Duras

Par Hélène Kudzia

Lors d’une journée d’étude sur les tablettes, destinée aux bibliothécaires de la Ville de Paris, Fabienne Le Hein et moi avons présenté 2 ateliers numériques inclusifs, accessibles aux déficients visuels. Nous partageons ici la trame de notre intervention sous la forme d’un PowerPoint, car nous pensons que ces actions peuvent facilement être reconduites à la médiathèque Duras ou ailleurs. 

2 enfants un casque sur les oreilles, une tablette dans les mains

Atelier jeux sonores à la médiathèque Marguerite Duras : on joue à A blind Legend (copyright Médiathèque Marguerite Duras)

En octobre 2016 a eu lieu la 2e édition du festival Numok, autour de la culture numérique. Et cette année 2 ateliers étaient accessibles aux déficients visuels !

1. Atelier collectif de découverte des applications participatives (toutes les applications ne sont pas accessibles avec VoiceOver).

2. Jeux sonores

Toutes les applications présentées sont gratuites et disponibles sous IOS.

 

 

Publicités

Les bibliothèques accompagnent les dys

A l’occasion de la journée nationale des « DYS »,  le 10/10, de nombreuses bibliothèques se mobilisent pour accompagner les dys et valoriser  leurs ressources pouvant intéresser ces publics : livres audio, facile à lire, ressources numériques, outils de lecture adaptés…
Comme chaque année, la Bibliothèque de Toulouse propose un « Forum des DYS : À l’heure du numérique, comment penser l’accompagnement des dyslexiques ? » le samedi 8 octobre à la Médiathèque José Cabanis. L’objectif est d’informer et de sensibiliser le grand public sur la réalité des troubles dyslexiques.  Tout au long de l’après-midi, le public pourra assister à plusieurs ateliers pour découvrir différents logiciels, applications sur tablette ou ordinateur, destinées aux dyslexiques. Une table ronde sur  la notion d’accompagnement lors des apprentissages aura également lieu à 17h. Quelques ressources à découvrir ici
En Bretagne, deux soirées d’information  autour de la dyslexie auront lieu d’une part, le 8 octobre à la Bibliothèque de Vitré, dans le cadre du programme  Lire dans tous les sens et en association avec leur ludothèque Lire et apprendre autrement ;d’autre part le 11 octobre,  à la Bibliothèque de Chavagne avec l’association Chemins de lecture et l’Aapedys 35 et une présentation des ressources pour la lecture accessibles aux dys
La Bibliothèque des Champs Libres à Rennes et Livre et lecture en Bretagne organisent une conférence le mercredi 9 novembre à 18h30 : La dyslexie  : un point, des interrogations ! et une journée d’étude  complète le jeudi 10 novembre autour de la thématique « Lecture et dyslexie » avec des interventions de chercheurs, un espace forum et des Dys-Dating : programme
L’accueil des publics dys est un enjeu important pour les bibliothèques aujourd’hui car les dispositions de la Loi Liberté de la création élargit les bénéficiaires et assouplit le fonctionnement de l’Exception au droit d’auteur en faveur du handicap et devrait permettre un accès facilité des publics « dys » aux ressources numériques adaptées.
Une lecture utile : les recommandations de l’IFLA pour les services de bibliothèques aux personnes dyslexiques disponibles sous forme de checklist en français ici
ou en version complète en anglais ici

L’exception handicap en quelques chiffres à la médiathèque Marguerite Duras

Avec l’ouverture de la médiathèque Marguerite Duras en 2010, le réseau des bibliothèques de la Ville de Paris lançait son deuxième pôle Lire Autrement : une équipe formée à l’accueil des déficients visuels, des collections et des animations accessibles aux aveugles et malvoyants, bref un projet inclusif autour de la mixité des publics. 6 ans plus tard, le bilan est très positif !

Façade Médiathèque M Duras (c) Marc Verhille

Façade de la Médiathèque Durac (c) Marc Verhille

Les usagers aveugles et malvoyants sont au rendez-vous et de plus en plus nombreux : sur 362 bénéficiaires de l’exception handicap inscrits dans le réseau parisien en 2015 (238 en 2014), 73 se sont inscrits à Duras et 74 y ont emprunté des documents en 2015.

Si les usagers reviennent régulièrement, c’est avant tout pour profiter de la variété des collections mises à leur disposition. En tête des usages, on trouve le prêt de livres audio. Les collections spécifiques de livres et revues DAISY ont attiré 42 déficients visuels qui ont emprunté 718 documents DAISY (362 sur CD, 356 via téléchargement). Une petite moitié des inscrits aveugles et malvoyants ne recourt pour l’instant qu’aux collections accessibles à tous : DVD en audiodescription, musique, livres en gros caractères, livres tactiles… La gratuité offerte aux bénéficiaires de l’exception handicap pour l’emprunt de tous les supports est très appréciée.

Comme l’ensemble des fréquentants de la médiathèque, les aveugles et malvoyants manifestent leur intérêt pour la variété des services offerts et la possibilité d’alterner entre services personnalisés et activités inclusives : richesse de la programmation culturelle, portage, ateliers multimédia, notamment sur les lecteurs DAISY et le téléchargement de livres DAISY (31 séances en 2015)…

Nul doute que l’expérience acquise par l’équipe de la médiathèque Marguerite Duras joue un grand rôle dans le succès de son pôle Lire Autrement.

 

Tous à la bibliothèque ! Vraiment tous… ?

La Bibliothèque centrale pour la Région de Bruxelles-Capitale et la Bibliothèque francophone de BerchemSainte-Agathe organisaient le 20 mars 2015 une journée d’étude intitulée : « Tous à la bibliothèque ! Vraiment tous… ? »
Cette journée qui a traité en autres de l’accessibilité des bibliothèques et des publics empêchés a donné lieu à des actes que vous pourrez retrouver ici :

Ci-dessous le sommaire:

Spéciale, ma bibliothèque ?

      1. Les bibliothèques spéciales  par Michèle DUBOIS, responsable de la Bibliothèque de la Ligue Braille
      2. Les bibliothèques spéciales en action par Monique CLETTE, responsable de la Bibliothèque de l’Œuvre nationale des aveugles (ONA)

Lire, c’est s’évader… Ou comment favoriser l’accès au livre là où les barreaux se dressent… par Virginie ROMÉO, bibliothécaire-dirigeante, Bibliothèque publique locale de Nivelles

TrainLib, projet d’un réseau de « points bibliothèques » dans les principales gares belges par Julian HULS, Émilie WINDELS et Thomas CHARLES

L’accessibilité globale en bibliothèque publique par Philippe HARMEGNIES, directeur, Passe Muraille asbl (Mons) et Laurence DUHIN, directrice de la Bibliothèque de Berchem-Sainte-Agathe

La commission Légothèque et les questions autour du genre en bibliothèque par Thomas CHAIMBAULT-PETITJEAN, responsable de la formation initiale des élèves fonctionnaires et du diplôme de cadre opérationnel des bibliothèques et de la documentation à l’Enssib-université de Lyon (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques)

Quand la bibliothèque de Florennes rencontre le public Fedasil par Anne-France STIMART, bibliothécaire principale,Bibliothèque communale Buxin-Simon de Florennes

Les lignes directrices IFLA pour les dyslexiques par Saskia BOETS, coordinatrice Communication et promotion, Luisterpuntbibliotheek (Brussel – Vlaamse Gemeenschap)

 

 

 

Des livres à l’oreille…

Par Marianne Coatanhay

SONY DSC

Voici donc le 2ème billet consacré aux actions de médiation du livre audio en bibliothèque.

Le lancement de ce rendez-vous régulier à la Bibliothèque des Champs Libres de Rennes a répondu à plusieurs objectifs :

  • Notre souhait de valoriser l’ensemble des livres audio présents à la bibliothèque (plus de 3000 titres, auxquels s’ajoutent environ 700 CD au format Daisy). Physiquement, les livres audio de fiction sont regroupés, pour les adultes, sur le Pôle Langues et littératures au 4ème étage de la bibliothèque, et ils sont très empruntés par des publics divers : déficients visuels, personnes âgées ayant du mal à lire les livres imprimés, usagers passant beaucoup de temps dans les transports ou ayant des métiers manuels… Par contre les documentaires, classés sur les différents pôles en fonction de leur sujet, sont beaucoup plus difficiles à repérer, tant physiquement que dans notre catalogue.
  • Nous voulions aussi répondre à la demande de nos lecteurs déficients visuels d’avoir un rendez-vous régulier, pour partager autour de nos lectures et de nos coups de cœur respectifs.

Notre rencontre « Des livres à l’oreille » est donc née en octobre 2013. Lors de ce premier rendez-vous, étaient proposés les titres de la rentrée littéraire disponibles en format Daisy ; l’occasion de discuter des préférences des uns et des autres concernant les voix (différentes voix de synthèse et voix humaines) et de recueillir les propositions et souhaits concernant ce nouveau rendez-vous.

Le 2ème, en février 2014, était consacré aux documentaires. Des livres audio sur des sujets très divers ont été présentés et écoutés, et un accent particulier a été mis sur les méthodes de langues 100% audio, accessibles aux non-voyants.

En juin dernier, il était question de la Bretagne : romans, contes, classiques de la littérature bretonne, documentaires, romans policiers… présentés par notre collègue bibliothécaire du fonds régional ; pour finir, nous avons dégusté ensemble le gâteau de la fameuse empoisonneuse bretonne Hélène Jégado ! Tout le monde a survécu…

Le RV en pratique :

  • 1 fois par trimestre
  • Le jeudi après-midi, à partir de 17h
  • Une rencontre d’1h30
  • Un moment convivial, autour d’un goûter, dans une salle réservée aux médiations
  • 10 à 15 participants en moyenne, déficients visuels et accompagnants
  • Animation par le service accessibilité, et des collègues de la bibliothèque, associés selon les thématiques abordées
  • 15 à 20 titres présentés en moyenne (livres audio et CD Daisy) ; 5 ou 6 extraits sont écoutés sur un lecteur Daisy (Victor Reader Stratus M)
  • La plupart des titres présentés sont empruntés à l’issue du RV. Nous proposons aussi, pour compléter, le téléchargement de livres cités, à partir de la BNFA ou d’Eole, pour nos lecteurs qui le souhaitent.
  • Une bibliographie est proposée après la rencontre.

Prochaine rencontre autour des polars et de la science-fiction, à la demande de plusieurs participants !

Compte-rendu de notre journée d’étude du 31 mars consacrée à l’inclusion

Par Marie-Noëlle Andissac

Le 31 mars dernier, les commissions Accessibib et Légothèque avec le groupe ABF régional Midi-Pyrénées organisaient à la médiathèque José Cabanis de Toulouse une journée d’étude sur le thème Des bibliothèques inclusives : inclure, valoriser, co-construire. L’inclusion y était abordée à la fois sous l’angle du handicap et des différentes cultures. Cette journée a rassemblé environ 70 collègues qui ont posé de nombreuses questions à nos différents intervenants.

La journée s’organisait autour de trois tables-rondes.  La première a permis de montrer comment les bibliothèques peuvent s’adapter pour inclure les publics fragilisés à travers les exemples de  la  bibliothèque de Chassieu et celle de Chaptal à Paris. La seconde concernait la valorisation des potentialités des publics à travers les expériences de Living library à Rennes et de don de voix à Lyon. Enfin, la dernière a permis de présenter des expériences de co-construction de services avec les usagers autour des projets Melting Popotes à Romans et de la maison d’édition Les doigts qui rêvent.

Retrouvez ci-dessous ainsi que sur le blog de Légothèque et le site ABF Midi-Pyrénées les comptes-rendus de ces échanges rédigés par Coline Renaudin, présidente du groupe ABF Midi Pyrénées.

Introduction de la journée par Marie-Noëlle Andissac, Accessibib

Permanences à Chassieu (Rhône) sur les aires des gens du voyage par Morgan Le Ho

L’adaptation d’une bibliothèque à la culture sourde : l’exemple de la bibliothèque Chaptal à Paris par Anne-Laurence Gautier

Living Library, l’expérience de la bibliothèque Rennes Métropole, dans la cadre de la semaine de la santé mentale par Christine Cordonnier

Numérique et sensibilisation au handicap : l’expérience du don de voix numérique à la bibliothèque de la Part-Dieu par Carole Deguy

Melting Popotes à la Médiathèque de Romans sur Isère par Odile Fayolle

Conclusion de la journée par Thomas Chaimbault, Légothèque