Mois: juillet 2014

L’handispensable : le télérama du handicap

Par Françoise Sarnowski

Enfin ! Un mag qui parle du handicap sans être paramédical, législatif ou socio-éducatif ! Le numéro 1 d’Handispensable vient de paraître, et, franchement, en le prenant en main, on est immédiatement séduits : d’abord le format, la reliure et la qualité du papier en font un vrai magazine, agréable à parcourir.

Handispensable_couv

Ensuite, les rubriques et le style de rédaction sont innovants et dynamisants. Dans ce numéro, on a aimé :

  • Le dossier « Humour et handicap » qui commence très fort avec cette phrase : « Je me suis déjà mis à la place d’un handicapé…surtout à celle de parking« . Le dossier évoque l’excellente BD « La bande à Ed » (éditée comme le magazine par Grrr…art éditions), le travail artistique de l’humoriste Guillaume Bats, et un micro-trottoir sur « peut-on rire de tout ? ».
  • La rubrique Culture, vraie rubrique de 12 pages, qui présente des CD, des livres, des DVD…de qualité, qui parlent parfois du handicap …mais pas toujours ! Et ça, c’est un vrai ++ que nous saluons.
  • La rubrique Mode est une révélation : pratique, elle nous apprend des choses sur les spécificités de l’habillement lorsqu’on est handicapé (par exemple la longueur des pantalons à prévoir si on est en fauteuil roulant, eh oui !). Audacieuse, elle présente bustiers sexy, leggings, blouson de cuir…
  • La BD offre un temps de détente et valorise cette excellente série qui met en scène ED, petit garçon en fauteuil qui vit en banlieue avec sa bande composée de petits gars tous un peu différents.

handi_litt   Handi_cine

Handi_mode    Handi_ed

Grâce à ce caractère culturel et généraliste sur tous les handicaps, une bibliothèque publique peut s’abonner sans problème. N’hésitez pas à le présenter à votre public !

L’Handispensable. Magazine trimestriel édité par Grrr…art éditions. Directeur de publication : Gérard Grard. 5,40 € l’unité. Abonnement 1 an (4 numéros) : 20 €

 

Réflexion autour d’un espace « facile à lire », opus 1

Par Françoise Sarnowski

La médiathèque de Betton, dans l’agglomération de Rennes, est un équipement phare : créée en 2008, elle se fait déjà remarquer par son architecture exceptionnelle et son label HQE, Haute qualité environnementale. Ce fut un souhait politique d’inscrire cet équipement au cœur d’un parc situé en plein centre-ville, un splendide espace vert vallonné, avec de beaux arbres et des ponts qui enjambent la rivière. Le bâtiment mêle subtilement la terre, le bois, le cuivre et le verre.

La médiathèque a été baptisée Théodore Monod, en hommage au grand naturaliste, infatigable marcheur des déserts. Les coloris intérieurs brun et sable sont à l’image de la thématique développée dans les collections : l’Afrique.

Mediatheque_Betton

Au-delà du bâtiment, la médiathèque est aussi remarquable par son projet, développée par une équipe dynamique dirigée par Muriel Piffeteau, une bibliothécaire chevronnée qui a aussi effectué une formation d’audiodescriptrice. L’équipe  diversifie les propositions au public, autour du cinéma, des jeux vidéo, des livres-audio, des tablettes numériques, du prêt de baladeurs, etc. Elle a aussi le souci de répondre à une demande qui s’est formulée peu à peu, par l’intermédiaire des professionnels médico-sociaux travaillant dans les structures d’hébergement spécialisées de la ville.

Betton a en effet la caractéristique d’accueillir 12 établissements médico-sociaux, 10 de Betton, 2 des communes voisines (ESAT, MAS dépendant de l’hôpital psychiatrique, Foyer de déficients visuels, Résidence de personnes cérébro-lésées, Adapt, 2 Ehpad, etc). La demande récurrente faite à la médiathèque est donc de pouvoir trouver des livres pour adultes qui ont une déficience lourde mais qui lisent, simples mais attractifs, accessibles mais pas enfantins, et qui sortent du « livre pratique » que les résidents savent déjà très bien trouver (cuisine, jardins…).

Parallèlement, une bibliothécaire de l’équipe a suivi la formation sur « lectures faciles en bibliothèque » que j’ai eu le plaisir d’assurer pour la Médiathèque d’Ille-et-Vilaine, en lien avec le « kit » facile à lire constitué par Livre & Lecture en Bretagne. Et ce cheminement a amené tout naturellement l’idée d’implanter un Espace facile à lire au cœur de la médiathèque. Mais comment ? Je vous invite à suivre la réflexion des collègues de Betton qui sont justement au démarrage du projet !

Quel choix de livres ?

L’idée n’est pas de créer une nouvelle ligne budgétaire mais bien d’avoir une attention nouvelle lors des acquisitions. Et de diversifier les genres : livres-audio courts, petit choix de poésie, romans, recueils de textes, récits vécus…Par exemple, Petits moments de bonheurs volés de Francesco Piccolo (Denoël) a été repéré par Muriel lors de son arrivée sur les étagères. Format court, ton léger, valorisation du quotidien…

Muriel cite aussi, dans un autre genre, la collection Raconter la vie du Seuil : récits vécus d’ouvriers, de chauffeurs routiers…peu de pages mais du « vrai » extrait de la vie de ces « gens de peu » rarement présents dans la littérature.

Petis_moments_bonheursvolés   Raconter_vie_col

Idée intéressante de Muriel : appliquer aux films les mêmes principes du « facile à lire », du cinéma « facile à voir », c’est-à-dire être capables de trouver rapidement des titres de films en DVD accessibles mais sortant de ce que les résidents voient à la télé. Du cinéma de qualité, mais des films pas trop longs et qui donnent la pêche, parce que la vie en collectivité n’est pas toujours facile.

Quel lieu ?

Quelques rayonnages vont se déplacer en uniface sur un mur, quitte à supprimer une petite surface d’exposition pas très bien située, et l’espace retrouvé accueillera mobilier et chauffeuses, avec la lumière des vitres toutes proches et la vue sur le parc.

Quel mobilier ?

L’équipe est en quête et cherche dans les catalogues de fournisseurs des modules correspondant à ces critères : beaucoup de présentations en « facing », quelques rangements de stockage, un coloris qui contraste avec le reste du mobilier…Elle ne s’interdit pas de solliciter un scénographe pour un mobilier plus personnalisé.

Quel repérage ?

La signalétique n’a pas été décidée encore. Les mots « facile à lire » seront-ils retenus ? Hésitation…En revanche, oui, les livres auront un picto, peut-être le picto européen du facile à lire. D’autres détails seront à déteriner : quel critère de recherche dans le catalogue ? Mettre ou pas des indicateurs de niveau ?

.Picto_facile_lire

On le voit. Il faut mûrir ce type de réflexion pour construire un espace facile à lire. En même temps, pas de panique. Ces fonds sont conçus pour être une accroche, une vitrine. Les documents doivent y tourner, être constamment renouvelés pour une mise en appétit. Aucune erreur grave ! Et le succès est au bout, tant les publics concernés sont nombreux.

Nous reviendrons à Betton dans quelques mois, pour vous raconter la suite !

Actes de la journée « Édition adaptée jeunesse : pratiques, outils, perspectives », 4 février 2014 à Montpellier

Par Vanessa Van Atten

Les actes de la journée d’étude « Édition adaptée jeunesse : pratiques, outils, perspectives », qui s’est tenue le 4 février 2014 à Montpellier (médiathèque départementale Pierresvives) sont disponibles à cette adresse.

logo et partenaires journée d'étude

Réalisée en partenariat avec la médiathèque départementale Pierresvives à Montpellier, le réseau des médiathèques de l’Agglomération de Montpellier, et avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication et de la région Languedoc-Roussillon, cette journée, la première sur ce thème depuis de nombreuses années, a été organisée par l’association Benjamins média dans le cadre du projet « Agir pour la lecture » initié par le Service du livre et de la lecture (MCC/DGMIC). Elle a rassemblé près de 90 participants venus de toute la France : bibliothécaires, enseignants ou éducateurs spécialisés, animateurs, médiateurs et éditeurs spécialisés.

Une interprétation français/Langue des signes française était assurée tout au long de la journée.

Développer et améliorer l’accès de tous les enfants à la littérature de jeunesse était l’objectif premier de cette journée. Si l’on estime à environ 1 % le nombre d’enfants porteurs d’un handicap en France, le propos liminaire de cette journée était le suivant : « donner à lire des histoires à l’enfant, c’est lui permettre de construire du sens, participer à son organisation psychique, cognitive et culturelle et l’aider à grandir et à s’approprier le monde ».

Il s’agissait également de donner des repères pour mieux comprendre les composantes de la notion d’accessibilité et donner des outils pour développer et valoriser l’accessibilité de leur fonds, notamment par des programmes d’animations et de médiation des supports adaptés.

La journée était organisée autour de trois axes de réflexion :

  • adapter le livre à la déficience visuelle ;

  • ouvrir la littérature de jeunesse aux enfants sourds ;

  • le livre numérique comme chance historique pour les enfants handicapés.

Des ateliers et des mises en situation ont complété les interventions.

Les retours des participants ont été particulièrement positifs, et ont déclaré pouvoir réutiliser les éléments transmis lors de cette journée dans leurs pratiques.

Quelques coups de cœur peuvent être signalés : « des livres pour le plaisir de lire et de toucher » par Hélène Kudzia, responsable de l’espace « Lire autrement » à la médiathèque Marguerite Duras (Paris 20e), les ateliers de fabrication d’un livre tactile (Fédération des aveugles de France) ou de sensibilisation au braille (BMVR Montpellier), l’atelier d’écoute dans le noir (benjamins media) ou encore l’adaptation d’un album jeunesse de Benjamins média en Langue des signes française (F. Brajou, poète et comédien sourd et SCOP DES’L).

Programme complet du stage Enssib de formation continue « Handicaps : vers de nouveaux usages et de nouveaux services en bibliothèque », 23-25 septembre 2014

Voici le programme complet du stage de formation continue proposé par l’Enssib, du 23 au 25 septembre 2014.

Nouveau_logo_ENSSIB

Objectifs : Donner des outils aux professionnels pour leur permettre d’évoluer et de se professionnaliser dans leur approche et leurs pratiques en direction des publics empêchés de lire.

A noter : le stage est gratuit pour les personnels Culture et de l’Enseignement supérieur.

 

Mardi 23 septembre – Matin. Lieu : Enssib

9h30-10h15

Accueil des stagiaires

Présentation des intervenants et rappel des objectifs du stage

Tour de table et recueil des attentes spécifiques.

10h15-10h30

Pause

10h30-12h30

Handicap(s) : réalités sociologiques et représentations

Interface Handicap (Consultant et formateur en accessibilité)

 

Mardi 23 septembre – Après midi. Lieu : Enssib

13h45-15h15

Mises en situation et jeux de rôles

Interface Handicap (Consultant et formateur en accessibilité)

15h15-15h30

Pause

15h30-17h30

Cadre bâti et aménagement intérieur, l’apport des architectes

Véronique LANCELIN (Architecte DPLG, assistance à maîtrise d’ouvrage)

 

Mercredi 24 septembre – Matin. Lieu : bibliothèque Lyon Part-Dieu

9h00-10h00

Cadre législatif et réglementaire

Vanessa VAN ATTEN (MCC/Service du livre et de la lecture)

10h00-12h00

Bibliothèque Lyon Part-Dieu : visite et présentation de l’espace numérique et des services adaptés

Carole DUGUY et Laurent BRARD (Bibliothèque municipale Lyon Part-Dieu)

 

Mercredi 24 septembre – Après midi. Lieu : SCD Lyon 3

14h00-16h30

SCD Lyon 3, une bibliothèque universitaire titulaire de l’agrément Exception handicap

La prise en charge du handicap visuel dans l’enseignement supérieur

Hervé RENARD (SCD Lyon 3) et Magali LASTRICANI (Pôle Handicap à Lyon 3)

 

Jeudi 25 septembre – Matin. Lieu : Enssib

9h00-11h00

Des collections et de la médiation : deux axes forts d’une même démarche

Anne-Laurence GAUTIER (bibliothèque Chaptal, Paris 9ème)

Hélène KUDZIA (médiathèque Marguerite Duras, Paris 20ème)

11h00-11h15

Pause

11h15-12h15

Communiquer : catalogue de bonnes pratiques

Antoine FAUCHIÉ (ARALD)

 

Jeudi 25 septembre – Après midi. Lieu : Enssib

13h30-15h30

De puissants outils à disposition : le numérique, les partenaires, l’international.

Luc MAUMET (Association Valentin Haüy)

15h30-16h00

Tour de table et coins carrés : obstacles à lever et pistes à suivre, idées de stagiaires

16h00-16h30

Bilan du stage.

 

Pour en savoir plus :

http://www.enssib.fr/offre-de-formation/formation-continue/14c7-handicaps-vers-de-nouveaux-usages-et-de-nouveaux-services