accessibilité

Numok 2016 : 2 ateliers accessibles aux déficients visuels à la médiathèque Marguerite Duras

Par Hélène Kudzia

Lors d’une journée d’étude sur les tablettes, destinée aux bibliothécaires de la Ville de Paris, Fabienne Le Hein et moi avons présenté 2 ateliers numériques inclusifs, accessibles aux déficients visuels. Nous partageons ici la trame de notre intervention sous la forme d’un PowerPoint, car nous pensons que ces actions peuvent facilement être reconduites à la médiathèque Duras ou ailleurs. 

2 enfants un casque sur les oreilles, une tablette dans les mains

Atelier jeux sonores à la médiathèque Marguerite Duras : on joue à A blind Legend (copyright Médiathèque Marguerite Duras)

En octobre 2016 a eu lieu la 2e édition du festival Numok, autour de la culture numérique. Et cette année 2 ateliers étaient accessibles aux déficients visuels !

1. Atelier collectif de découverte des applications participatives (toutes les applications ne sont pas accessibles avec VoiceOver).

2. Jeux sonores

Toutes les applications présentées sont gratuites et disponibles sous IOS.

 

 

Publicités

Tous à la bibliothèque ! Vraiment tous… ?

La Bibliothèque centrale pour la Région de Bruxelles-Capitale et la Bibliothèque francophone de BerchemSainte-Agathe organisaient le 20 mars 2015 une journée d’étude intitulée : « Tous à la bibliothèque ! Vraiment tous… ? »
Cette journée qui a traité en autres de l’accessibilité des bibliothèques et des publics empêchés a donné lieu à des actes que vous pourrez retrouver ici :

Ci-dessous le sommaire:

Spéciale, ma bibliothèque ?

      1. Les bibliothèques spéciales  par Michèle DUBOIS, responsable de la Bibliothèque de la Ligue Braille
      2. Les bibliothèques spéciales en action par Monique CLETTE, responsable de la Bibliothèque de l’Œuvre nationale des aveugles (ONA)

Lire, c’est s’évader… Ou comment favoriser l’accès au livre là où les barreaux se dressent… par Virginie ROMÉO, bibliothécaire-dirigeante, Bibliothèque publique locale de Nivelles

TrainLib, projet d’un réseau de « points bibliothèques » dans les principales gares belges par Julian HULS, Émilie WINDELS et Thomas CHARLES

L’accessibilité globale en bibliothèque publique par Philippe HARMEGNIES, directeur, Passe Muraille asbl (Mons) et Laurence DUHIN, directrice de la Bibliothèque de Berchem-Sainte-Agathe

La commission Légothèque et les questions autour du genre en bibliothèque par Thomas CHAIMBAULT-PETITJEAN, responsable de la formation initiale des élèves fonctionnaires et du diplôme de cadre opérationnel des bibliothèques et de la documentation à l’Enssib-université de Lyon (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques)

Quand la bibliothèque de Florennes rencontre le public Fedasil par Anne-France STIMART, bibliothécaire principale,Bibliothèque communale Buxin-Simon de Florennes

Les lignes directrices IFLA pour les dyslexiques par Saskia BOETS, coordinatrice Communication et promotion, Luisterpuntbibliotheek (Brussel – Vlaamse Gemeenschap)

 

 

 

Compte-rendu de la Journée d’étude du 24 mars sur L’Exception handicap

La journée d’étude « Exception handicap : extension de l’accessibilité pour des bibliothèques plus inclusives » co-organisée par l’Association des Bibliothécaires de France (commission Accessibib), la Bibliothèque publique d’information (Bpi), la médiathèque Marguerite Duras et le Service du livre et de la lecture a rassemblé 150 personnes le 24 mars 2015.

Vous trouverez  ici le compte-rendu de cette journée rédigé par Sophie Grabielle, responsable du pôle L’œil et la lettre de la Médiathèque José Cabanis et ci-dessous les présentations des intervenants.

L’Exception handicap au droit d’auteur appliqué aux bibliothèques : présentation et calendrier.

par Vanessa van Atten, Service du livre et de la lecture (MCC/DGMIC)

Les DYS, un public bientôt bénéficiaire : présentation théorique de la dyslexie et de la dyspraxie
par Diane Cabouat, Fédération française des DYS

Le « facile à lire et à comprendre » : une démarche inclusive au service de différents publics
par Françoise Sarnowski, Bibliopass

Quels services proposer aux publics dyslexiques en bibliothèque ? Présentation des Guidelines de l’IFLA sur la dyslexie
par Saskia Boets, Luisterpunt, Belgique

L’accessibilité documentaire dans les Universités par Françoise Fontaine-Martinelli, responsable des bibliothèques de santé de l’Université de Clermont-Ferrand

L’adaptation d’albums jeunesse en LSF par Anne-Laurence Gautier, bibliothèque Chaptal (Paris 9e)

Constituer et faire vivre un fonds Daisy en bibliothèque publique par Marie-Emmanuelle Beraud-Sudreau, responsable du pôle Lire Autrement à la bibliothèque de Bordeaux

Le Daisy hors les murs : l’expérience du réseau des médiathèques du Val Maubuée (Seine et Marne), Sylvie Cussot, responsable du service « Hors les murs »

Les 5èmes rencontres Ville et Handicap de Toulouse

Les 5èmes rencontres Ville et Handicap, organisées par la Ville de Toulouse en décembre dernier ont été l’occasion de belles rencontres et de rendez-vous riches en échanges. Retour sur cet événement

Un parcours exposition dédié au handicap créé par le collectif Le Petit Cowboy a été proposé dans la ville invitant les toulousains à repenser leur vision du handicap. Retrouvez le parcours en images : http://www.cultures.toulouse.fr/-/nous-avons-teste-pour-vous-le-all-access-?redirect=%2F

Sur chaque étape du parcours, les toulousains pouvaient découvrir des petits films qui revisitaient l’image des personnes handicapées. Voir les vidéos.

5 sculptures originales créées par les artistes Art book collectif en collaboration avec l’entreprise de travail adapté Château Blanc jalonnaient aussi ce parcours.Véritable mobilier urbain créatif et participatif, ces sculptures proposaient du libre -échange sur l’espace public : échanges de livres, échanges de plantes, échanges de mots…

Tout au long de la semaine ont eu lieu des conférences sur la ville, l’école et l’entreprise inclusive.

Les différentes structures culturelles de la ville ont, quant à elles, présenté de nombreux spectacles accessibles et des visites adaptées à tous les handicaps : visite conversation , tactile, audio-descriptive adapté aux personnes en situation de handicap cognitif, contes en LSF…

La médiathèque José Cabanis avait choisi de proposer une adaptation des « Amours inutiles «  de Maupassant en version bilingue français /LSF par la compagnie MaMuse . Il ne s’agissait pas là d’une simple adaptation accessible de Maupassant mais d’un remarquable travail sur la langue, visuelle et orale. Après avoir fait une version entièrement en LSF de la pièce, puis une version entièrement en français, cette dernière version bilingue a totalement intégré les deux langues dans la mise en scène et la LSF rebondit d’un comédien à un autre, nourrissant le jeu des acteurs, apportant dynamisme et style à la pièce . Un régal ! https://vimeo.com/90518539

Une semaine all access qu’on aimerait bien vivre tous les jours !

Colloque : la loi du 11 février 2005, dix ans après

Les 20 et 21 janvier 2015, l’Université de Rennes 2, l’ESPE de Bretagne (Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education) et la MSHB (Maison des Sciences de l’Homme de Bretagne) organisent un événement national pour dresser un bilan de la loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté de personnes handicapées votée le 11 février 2005 en France.

affiche colloque loi 2005

Les journées qui se dérouleront dans la salle « le Liberté » à Rennes donneront la parole à des professionnels reconnus sur la question du handicap, à des familles, des usagers et à des personnalités politiques.

Toutes les informations relatives à la manifestation nationale des 20 et 21 janvier 2015 sont disponibles sur le site internet www.handicap2015.fr. Les inscriptions des professionnels et des particuliers sont ouvertes sur ce site internet également.

Le SLPJ toujours pas au rendez-vous de l’accessibilité

Par Hélène

Une fois n’est pas coutume, je vous livre ici un billet d’humeur.

Les années se suivent et se ressemblent… malheureusement. Le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil fête ses trente ans mais l’accessibilité n’a pas fait de gros progrès !

Les années passées, j’ai déjà signalé que le site internet du salon n’était pas accessible pour les personnes aveugles qui, comme moi, utilisent l’ordinateur à l’aide d’une synthèse vocale et d’une plage braille. Je me suis même donné la peine de leur écrire, via le formulaire de contact, sans avoir jamais reçu de réponse. Cette année, je n’arrive même pas à trouver le formulaire de contact sur le site !

Quant au programme, impossible pour moi de le consulter. J’ai glané quelques infos grâce à twitter et je ne suis même pas en mesure de les retrouver sur leur site internet.

Et pourtant, au lieu de ce billet, je pensais vous faire le compte-rendu de la table ronde « Le livre audio : une chance pour la littérature jeunesse », à laquelle j’ai assisté ce matin. Mais pas possible pour moi de retrouver le nom des participants et le détail sur le programme !

Est-ce mieux quand on se rend sur place ?

Pas forcément. A mon arrivée, samedi, on m’a proposé de prendre une entrée à part. Une entrée séparée, donc, pour les personnes à mobilité réduite : l’objectif n’était pas de me faciliter la vie, mais que les agents d’accueil contactent leur supérieur pour vérifier si les chiens d’aveugles pouvaient bien entrer ! Pas non plus d’aide pour se diriger à l’intérieur du SLPJ…

Merci donc aux personnes qui m’ont guidée et accompagnée samedi et lundi matin : Gabrielle, Clémence, Sophie, Danyelle, Ophélie.

Et rendez-vous dans un ou deux ans pour voir si l’accessibilité du SLPJ aux aveugles aura progressé.

Semaine de l’accessibilité au musée du quai Branly

Du samedi 29 novembre au dimanche 7 décembre 2014

À l’occasion de la Journée Internationale des personnes handicapées le 3 décembre, le musée du quai Branly propose la 3ème édition de la Semaine de l’Accessibilité ! Pendant une semaine il se décline sous toutes ses formes. Pour voir, toucher, écouter ou ressentir avec une offre spécifique pour les professionnels de l’accessibilité.

 - Cliquer pour agrandir, ouverture dans une nouvelle fenêtre

Pour les professionnels de l’accessibilité

Visites « Accessibilité »

Accompagnateurs de groupes en situation de handicap, pour vous aider à préparer votre visite en groupe le musée vous propose des visites pour découvrir le musée et ses collections, ses offres et dispositifs dédiés au handicap, et les modalités pratiques.

  • Durée 2h, sur inscription préalable.
  • Lundi 1er décembre à 14h30
  • Vendredi 5 décembre à 10h30

Conférence Accessibilité et Education Artistique et Culturelle (EAC)

L’offre culturelle à l’épreuve du handicap : quel développement et quelles adaptions des offres culturelles pour les publics en situation de handicap (plus de détails à venir) ?

  • En partenariat avec l’INS HEA
  • Lundi 1er décembre de 10h30 à 12h30
  • En accès libre dans la limite des places disponibles

Table ronde #1 Dialogue interprofessionnels

Dialogue entre professionnels de la culture et professionnels du secteur du handicap : quels partenariats possibles pour donner accès aux offres culturelles pour les personnes en situation de handicap ? (plus de détails à venir)

  • En partenariat avec l’INS HEA
  • Mardi 2 décembre de 14h à 16h
  • En accès libre dans la limite des places disponibles

Table ronde #2 : dialogue entre usagers et professionnels de la culture

Vers l’accessibilité culturelle : confronter les points de vue des usagers en situation de handicap et des professionnels de la culture pour améliorer les pratiques (plus de détails à venir).

  • En partenariat avec l’INS HEA
  • Jeudi 4 décembre de 10h à 12h
  • En accès libre dans la limite des places disponibles

Pour le programme complet c’est ici.

Les actions en faveur de l’accessibilité de la Médiathèque départementale d’Ille et Vilaine par Véronique le Moigne

Aujourd’hui,de nombreuses médiathèques départementales de prêt proposent des actions de formation et de sensibilisation au handicap pour leurs bibliothèques-relais et leur dépositaires.

Véronique le Moigne , responsable de l’antenne de Bécherel , en charge du projet Accessibilité de la Médiathèque Départementale d’Ille-et-Vilaine (MDIV) présente ci-dessous pour Accessibib les bonnes pratiques de la MDIV qui a fait de l’égalité des chances une priorité départementale. Des malles itinérantes Lire autrement, un groupe de travail Accessibilité… autant d’initiatives inspirantes à découvrir.
<a href= »

« >

Pour accéder à la transcription textuelle du diaporama, c’est ici.

Compte-rendu d’une session de l’IFLA consacrée à la Convention relative aux droits des personnes handicapées des Nations-Unies (CDPH) et son impact sur les bibliothèques

Le dimanche 17 Août, près de 140 personnes étaient réunies dans l’Auditorium Lumière pour assister à la session de la section LSN (Library services for people with special needs) sur la Convention relative aux droits des personnes handicapées des Nations-Unies. Quatre intervenants se sont succédé :

1″La CDPH et son impact sur les services de bibliothèque – un point de vue du Comité CDPH »
Theresia Degener, membre allemand du Comité des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées (CDPH) a ouvert la session. Elle a présenté la CDPH et ses principes directeurs, à savoir la non-discrimination, le respect, l’égalité, l’inclusion sociale et l’accessibilité. Elle a expliqué le changement de paradigme du modèle médical du handicap au modèle fondé sur les droits sociaux puis à celui des droits de l’homme. Le handicap ne doit plus être vu comme une déficience inhérente à l’individu, mais comme une interaction entre une personne et son environnement. Les personnes handicapées ne sont plus considérées comme des objets de charité, des sujets médicaux mais comme des personnes ayant des droits, capables de revendiquer ces droits ainsi que d’être des membres actifs de la société. La CDPH est le premier traité international qui énonce les droits de l’homme pour les personnes handicapées. Les pays qui ont ratifié la convention sont tenus de faire appliquer ces droits.

Le professeur Degener a mis en évidence les articles de la CDPH les plus pertinents pour les bibliothèques, par exemple, l’article 9 (accessibilité), l’article 21 (liberté d’expression et l’accès à l’information) et l’article 30 (Participation à la vie culturelle). Elle a encouragé le public à soutenir la mise en œuvre nationale de la CDPH en fournissant un accès égal et inclusif aux bibliothèques. Les bibliothèques doivent également oeuvrer en faveur de l’accessibilité universelle et du développement de services accessibles, en particulier dans le domaine des TIC. Des campagnes de sensibilisation doivent aider à changer les attitudes et les comportements à l’égard des personnes handicapées. Theresia Degener a recommandé que les bibliothèques coopèrent avec les institutions compétentes dans ce domaine, tant au niveau national qu’au niveau international, à savoir les associations de personnes handicapées, les institutions nationales de défense des droits de l’homme ainsi que les organes de surveillance de la CDPH à l’ONU.

<a href="

 » target= »_blank »>

2 «Mise en œuvre de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées – Rôle des bibliothèques et les bibliothécaires au Japon ».

Dans la seconde intervention, Hiroshi Kawamura ( Tokyo, Japon) a parlé de la récente ratification de la CDPH au Japon. Il a souligné l’importance de la disposition de la convention sur l’accès à l’information en cas de sinistre. Après le tsunami et le tremblement de terre au Japon en Mars 2011, de nouveaux portails Web accessibles ont été mis au point afin de fournir des informations plus rapides et de meilleure qualité pour les personnes handicapées dans les zones sinistrées.

3. Des bibliothèques accessibles et inclusives: quelques exemples de bonnes pratiques en France ».
Marie-Noëlle Andissac, (Bibliothèque de Toulouse, Toulouse, France), a présenté des exemples de bonnes pratiques dans les bibliothèques publiques françaises en matière d’accessibilité, de droit à l’information, ou de participation à la vie culturelle des personnes en situation de handicap.
Elle a présenté notamment l’expérience de la Bibliothèque de Toulouse qui a intégré l’accessibilité dans toutes les dimensions de son activité : communication, programmation culturelle, collections, services… Par ses actions en direction des personnes en situation de handicap, elle contribue à une meilleure inclusion de ces publics dans la ville.
 Elle a ensuite présenté l’expérience exemplaire des pôles sourds au sein des bibliothèques de la ville de Paris. Il existe 4 pôles sourds au sein du réseau de lecture publique de Paris qui propose chacun un accueil en langue des signes, un fonds « culture sourde »,  une programmation culturelle accessible aux sourds :animations en LSF, art visuel, mime..Chacune de ces bibliothèques a recruté un bibliothécaire sourd qui participe à toutes les tâches (accueil des usagers, prêt-retour, accueil des groupes…) Les bibliothécaires ont ainsi véritablement adapté leur façon d’accueillir à la communauté sourde et la présence des bibliothécaires sourds sensibilisent les publics au quotidien et induit un changement de regard sur le handicap .
Enfin, elle a souligné le rôle important dans les zones rurales des bibliothèques départementales de prêt qui proposent  des actions de formation et de sensibilisation au handicap pour leurs bibliothèques-relais et leur dépositaires.
Ces différentes actions des bibliothèques françaises soutiennent l’inclusion des personnes handicapées dans la société selon les principes de la CDPH.
Retrouvez le texte de l’intervention :http://conference.ifla.org/ifla80/node/286

4 «Le rôle des bibliothèques dans la mise en œuvre du traité de Marrakech pour les personnes handicapées

Le quatrième et dernier exposé de la session a été présenté par Francisco Javier Martínez Calvo (Organisation nationale des aveugles espagnols personnes (ONCE), Madrid, Espagne). Il a présenté le traité de Marrakech destiné à faciliter l’accès aux œuvres publiées pour les personnes aveugles, malvoyantes ou handicapées qui a été adoptée par l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) le 27 Juin 2013. Franscisco Calvo a analysé la relation étroite qui existe entre la Convention des Nations Unies des droits des handicapés et le Traité de Marrakech. Le nouveau traité prévoit une exception au droit d’auteur qui permettra aux «organismes autorisés» de produire, distribuer et mettre à disposition des personnes empêchées de lire des documents adaptés sans l’autorisation de l’auteur ou des ayant-droits. Il permettra aussi des échanges transfrontaliers de ces documents. Les Etats membres qui ont ratifié le traité doivent inclure cette exception au droit d’auteur dans leurs lois nationales . « Le traité de Marrakech n’est pas seulement un traité pour les personnes handicapées – c’est aussi un traité pour les bibliothèques, pour les sociétés, pour les aider à devenir plus inclusives et plus justes » a conclu Francisco Martínez.
Retrouvez le texte de l’intervention : http://conference.ifla.org/ifla80/node/286

Compte-rendu rédigé par Anne Sieberns

L’accessibilité des sites web publics encore insuffisante

Par Luc Maumet

L’association Braillenet et les entreprises AccesSite, AlterWay, pixFL et Jouve ont mené une étude sur l’accessibilité des sites web publics.

Plus de 600 sites internet publics français ont été examinés. Les résultats font ressortir un très faible taux d’attestations conformes au RGAA (moins de 4% des sites).

Cependant l’étude montre que les bonnes pratiques ne sont pas nécessairement le fait de collectivités disposant des moyens les plus importants. La pratique de l’accessibilité procède plus d’une motivation éthique, soutenue par une méthode appropriée de production web et une approche intégrée de la qualité.

Visionnez le diaporama ci-dessous de Franck Letrouvé pour en savoir plus (ou la transcription ici)