facile à lire

Le Prix Facile à lire Bretagne 2017, un projet solidaire et coopératif

Nous avons déjà parlé sur ce blog du développement depuis 2014 des Espaces facile à lire dans le  Finistère, l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan, soutenus par l’EPCI Livre et Lecture en Bretagne. La commission Accessibib prévoit d’en reparler plus largement lors du Congrès ABF, car de nombreuses villes et régions sont intéressées par ce concept et organisent des formations pour les équipes de bibliothèque..

module_avec_livres espace_facile_lire_dinard_2016 module_rougefdl-004

Cette idée, venue des pays scandinaves, consiste à installer dans un espace attractif (dans une bibliothèque et ailleurs dans la ville) des livres adaptés aux personnes qui ne lisent pas, ou peu, ou plus, pour des raisons d’illettrisme, d’éloignement social, de handicap (personnes dyslexiques par ex), de culture différente (Sourds, migrants…) ou de dépendance due à l’âge.

Devant le succès de ces expérimentations, Livre et Lecture en Bretagne et L’association Les Chemins de lecture souhaitent aller plus loin en lançant de janvier à septembre 2017, avec le soutien financier de la DRAC, de la Sofia, le soutien logistique des bibliothèques départementales et la participation de 13 communes, le 1er Prix Facile à lire Bretagne !

L’objectif n’est pas de « faire lire » mais, en soutien aux acteurs locaux souvent en manque de temps, de créer des rencontres humaines riches avec les habitants et avec des groupes constitués pour « faire vivre » les 8 livres de la sélection : lectures d’extraits, lectures-spectacle avec musique, débats sur les thèmes des livres, préparation à la rencontre avec les auteurs…

A travers ce prix, et en plus de l’accès aux personnes en exclusion sociale et culturelle, les Chemins de lecture souhaitent développer particulièrement l’accessibilité :

  • rencontres avec un interprète en LSF pour que les Sourds soient invités à participer
  • lectures adaptées aux personnes en situation de handicap mental ou polyhandicapées
  • lectures à haute voix et versions sonores facilitées pour les personnes déficientes visuelles
  • diffusion auprès de jeunes et d’adultes dyslexiquesen partenariat avec l’Aapedys 35, 29 et 56
  • lectures adaptées pour les adultes très âgés résidant en Ehpad et unités Alzheimer

pictos_handicap

Mais le budget est insuffisant pour atteindre ces objectifs de médiation et d’accessibilité portés par Les Chemins de lecture. Donc, une campagne de crowdfunding (financement collaboratif) est lancée depuis le 1er décembre sur la plateforme Kengo, qui soutient les projets bretons. Elle continuera jusqu’à fin janvier.

Nous avons besoin de tous !

tampon-financement-participa

 Pourquoi donner pour ce projet ? Parce qu’après cette édition expérimentale sur la Bretagne, avec 13 bibliothèques et leurs partenaires, le prix pourrait bien devenir un label d’accessibilité et s’étendre à d’autres régions, qui ont déjà constitué des espaces « facile à lire » : l’Hérault, La Loire Atlantique, la Sarthe, La Seine-Maritime…

Les donateurs deviendront acteurs du projet et recevront des contreparties : marque-pages, stickers, abonnement à la newsletter du projet, invitation à la remise des prix en septembre 2017…

En synthèse, le prix Facile à lire Bretagne 2017, c’est :

  • 13 bibliothèques participantes avec leurs partenaires + 3 BDP très impliquées
  • Une sélection de 8 livres faciles à lire pour tous et adaptés à des médiations
  • Des rencontres avec les auteurs / illustrateurs
  • Des lectures à voix haute et des échanges autour des livres, par les bibliothécaires, avec le soutien des Chemins de lecture
  • Un prix « auteur » et un prix « bibliothèque »
  • Un portage inédit par la collaboration entre une structure régionale et une association
  • Des supports de communication pérennes (création d’un logo Facile à lire Bretagne, réalisé par les Ateliers Art-Terre)

 

Pour faire une contribution financière au projet

Blog des Chemins de lecture, pour + d’infos sur la sélection, les bibliothèques participantes, etc.

Blog dédié de Livre et lecture en Bretagne (ouverture début janvier 2017)

 

picto_agir-contre-lillettrisme_logo

 

Réflexion autour d’un espace « facile à lire », opus 1

Par Françoise Sarnowski

La médiathèque de Betton, dans l’agglomération de Rennes, est un équipement phare : créée en 2008, elle se fait déjà remarquer par son architecture exceptionnelle et son label HQE, Haute qualité environnementale. Ce fut un souhait politique d’inscrire cet équipement au cœur d’un parc situé en plein centre-ville, un splendide espace vert vallonné, avec de beaux arbres et des ponts qui enjambent la rivière. Le bâtiment mêle subtilement la terre, le bois, le cuivre et le verre.

La médiathèque a été baptisée Théodore Monod, en hommage au grand naturaliste, infatigable marcheur des déserts. Les coloris intérieurs brun et sable sont à l’image de la thématique développée dans les collections : l’Afrique.

Mediatheque_Betton

Au-delà du bâtiment, la médiathèque est aussi remarquable par son projet, développée par une équipe dynamique dirigée par Muriel Piffeteau, une bibliothécaire chevronnée qui a aussi effectué une formation d’audiodescriptrice. L’équipe  diversifie les propositions au public, autour du cinéma, des jeux vidéo, des livres-audio, des tablettes numériques, du prêt de baladeurs, etc. Elle a aussi le souci de répondre à une demande qui s’est formulée peu à peu, par l’intermédiaire des professionnels médico-sociaux travaillant dans les structures d’hébergement spécialisées de la ville.

Betton a en effet la caractéristique d’accueillir 12 établissements médico-sociaux, 10 de Betton, 2 des communes voisines (ESAT, MAS dépendant de l’hôpital psychiatrique, Foyer de déficients visuels, Résidence de personnes cérébro-lésées, Adapt, 2 Ehpad, etc). La demande récurrente faite à la médiathèque est donc de pouvoir trouver des livres pour adultes qui ont une déficience lourde mais qui lisent, simples mais attractifs, accessibles mais pas enfantins, et qui sortent du « livre pratique » que les résidents savent déjà très bien trouver (cuisine, jardins…).

Parallèlement, une bibliothécaire de l’équipe a suivi la formation sur « lectures faciles en bibliothèque » que j’ai eu le plaisir d’assurer pour la Médiathèque d’Ille-et-Vilaine, en lien avec le « kit » facile à lire constitué par Livre & Lecture en Bretagne. Et ce cheminement a amené tout naturellement l’idée d’implanter un Espace facile à lire au cœur de la médiathèque. Mais comment ? Je vous invite à suivre la réflexion des collègues de Betton qui sont justement au démarrage du projet !

Quel choix de livres ?

L’idée n’est pas de créer une nouvelle ligne budgétaire mais bien d’avoir une attention nouvelle lors des acquisitions. Et de diversifier les genres : livres-audio courts, petit choix de poésie, romans, recueils de textes, récits vécus…Par exemple, Petits moments de bonheurs volés de Francesco Piccolo (Denoël) a été repéré par Muriel lors de son arrivée sur les étagères. Format court, ton léger, valorisation du quotidien…

Muriel cite aussi, dans un autre genre, la collection Raconter la vie du Seuil : récits vécus d’ouvriers, de chauffeurs routiers…peu de pages mais du « vrai » extrait de la vie de ces « gens de peu » rarement présents dans la littérature.

Petis_moments_bonheursvolés   Raconter_vie_col

Idée intéressante de Muriel : appliquer aux films les mêmes principes du « facile à lire », du cinéma « facile à voir », c’est-à-dire être capables de trouver rapidement des titres de films en DVD accessibles mais sortant de ce que les résidents voient à la télé. Du cinéma de qualité, mais des films pas trop longs et qui donnent la pêche, parce que la vie en collectivité n’est pas toujours facile.

Quel lieu ?

Quelques rayonnages vont se déplacer en uniface sur un mur, quitte à supprimer une petite surface d’exposition pas très bien située, et l’espace retrouvé accueillera mobilier et chauffeuses, avec la lumière des vitres toutes proches et la vue sur le parc.

Quel mobilier ?

L’équipe est en quête et cherche dans les catalogues de fournisseurs des modules correspondant à ces critères : beaucoup de présentations en « facing », quelques rangements de stockage, un coloris qui contraste avec le reste du mobilier…Elle ne s’interdit pas de solliciter un scénographe pour un mobilier plus personnalisé.

Quel repérage ?

La signalétique n’a pas été décidée encore. Les mots « facile à lire » seront-ils retenus ? Hésitation…En revanche, oui, les livres auront un picto, peut-être le picto européen du facile à lire. D’autres détails seront à déteriner : quel critère de recherche dans le catalogue ? Mettre ou pas des indicateurs de niveau ?

.Picto_facile_lire

On le voit. Il faut mûrir ce type de réflexion pour construire un espace facile à lire. En même temps, pas de panique. Ces fonds sont conçus pour être une accroche, une vitrine. Les documents doivent y tourner, être constamment renouvelés pour une mise en appétit. Aucune erreur grave ! Et le succès est au bout, tant les publics concernés sont nombreux.

Nous reviendrons à Betton dans quelques mois, pour vous raconter la suite !