Auteur : francoise fontaine-martinelli

L’OFFRE DE SERVICES HANDICAP AU SCD DE L’UNIVERSITÉ DE POITIERS

Etudiants travaillant en BU

A l’origine…

Le SCD de l’Université de Poitiers a initié fin 2014 un important projet de restructuration de la principale bibliothèque de son réseau : la BU Droit-lettres, sur le campus de Poitiers. La première phase de ce projet a conduit à la création – en lieu et place d’une salle de lecture auparavant dédiée au droit et sciences économiques – d’un espace de 900 m² adapté à la diversité des pratiques de travail des étudiant·e·s (notamment le travail collaboratif) et à la médiation numérique : la Ruche, ouverte au public en janvier 2016. Parallèlement à l’aménagement de cet espace, des travaux de mise en accessibilité de l’ensemble du bâtiment ont été réalisés et une réflexion s’est engagée sur l’enrichissement de l’offre de services aux usagers, en accordant une attention particulière à l’accueil et l’accompagnement des publics en situation de handicap.

Il est très rapidement apparu préférable d’élargir le périmètre de cette réflexion à l’ensemble du SCD. Ce travail a abouti à la constitution d’un réseau transversal dédié au handicap et à la mise en place d’une offre de services adaptés, sous le pilotage et la coordination du responsable des services aux publics.

Un réseau de référent·e·s handicap

La réflexion conduite sur l’offre de services à destination des publics en situation de handicap a débouché en premier lieu sur la constitution d’un réseau de référent·e·s handicap opérant à l’échelle du SCD. Cette organisation apparaissait particulièrement pertinente dans un contexte marqué par un fort éclatement géographique (12 BU réparties sur 5 sites géographiques principaux) et visait à doter les principales bibliothèques d’un ou plusieurs agents spécialement formés et sensibilisés aux problématiques d’accueil des usagers en situation de handicap. La création de ce réseau a bénéficié de la motivation de nombreux collègues – catégories B et C – désireux de s’investir sur ces questions permettant à l’appel à volontaires de se révéler fructueux. Un important dispositif de formation a été mis en place, en collaboration avec la responsable de la formation continue du SCD, permettant à l’équipe de référent·e·s handicap de développer leurs connaissances et leurs compétences sur ces nouvelles activités inscrites dans leurs fiches de postes. Les collègues ont ainsi pu suivre des actions de formation relatives à l’accueil handicap en bibliothèque mais ont également pu enrichir leurs connaissances sur des problématiques plus larges en lien avec le sujet, de l’initiation à la LSF à la place du handicap dans l’enseignement supérieur.

Nous avons choisi dès l’origine de nous appuyer sur les dispositifs et structures existants en matière d’accueil handicap au sein de l’Université. La collaboration avec le Pôle handicap de l’établissement semblait ainsi une évidence. Dans un premier temps, nous avons procédé à l’acquisition de matériels spécifiques à destination des usagers en situation de handicap, matériels sélectionnés avec le Pôle handicap pour compléter son offre. Nous avons ainsi pu acheter deux lecteurs audio Daisy, une machine à lire (dispositif permettant la numérisation et la restitution par synthèse vocale du contenu de documents écrits) et une plage Braille, ainsi qu’une boucle audio portative. Ces appareils ont bénéficié d’un financement spécifique via le projet PARE, projet IDEFI (initiative d’excellence en formations innovantes) de l’Université de Poitiers, au titre de l’amélioration de la réussite de tous les étudiants. Outre ces achats concertés, la coopération s’est poursuivie par des échanges réguliers entre les référent·e·s handicap du SCD et les chargé·e·s d’accompagnement du Pôle handicap. Ils ou elles participent ainsi aux réunions des référent·e·s handicap du SCD, diffusent l’information sur notre offre de service et aiguillent au besoin les étudiant·e·s dont ils assurent le suivi vers les services du SCD.

Un travail de communication et d’information a également été entrepris auprès des autres acteurs de l’accueil handicap à l’Université, notamment les enseignant·e·s référent·e·s dans les composantes pédagogiques ou l’association Handisup Centre-Ouest qui accompagne les étudiant·e·s en situation de handicap dans leur vie quotidienne. L’offre de services handicap du SCD a également été présentée devant différentes instances de l’établissement (notamment le Conseil documentaire) et le SCD est régulièrement associé aux travaux et actions menés par l’Université en matière d’inclusion des étudiant·e·s en situation de handicap.

L’accessibilité de l’offre documentaire et l’offre de services

La structuration de ce réseau visait à améliorer l’accessibilité de l’offre de services et de l’offre documentaire des bibliothèques du SCD de Poitiers.

Au niveau de l’offre de services, outre le prêt de matériels mentionné ci-dessus, le SCD a entrepris de valoriser certains services susceptibles de répondre aux problèmes d’accessibilité d’une partie des publics en situation de handicap. Par exemple, le service de renseignement en ligne Ubib.fr, qui permet d’obtenir une assistance bibliographique à distance, peut répondre à certains besoins pour les personnes empêchées de se déplacer à la bibliothèque, tout comme l’offre de ressources électroniques accessibles à distance. De même, le déploiement sur les postes informatiques publics des bibliothèques du logiciel de correction orthographique Antidote™, installé à la base pour permettre aux étudiant·e·s de rendre des travaux écrits sans fautes d’orthographe ou de grammaire, se révèle particulièrement utile aux usagers atteints de troubles dys.

Conformément aux préconisations du Guide de l’accompagnement de l’étudiant handicapé à l’université de la CPU (2012), nous avons entrepris également de renforcer l’accessibilité de l’offre documentaire du SCD. Dans un premier temps, une convention a été signée en janvier 2017 avec l’Association Valentin Haüy en vue de donner accès à la médiathèque EOLE à l’ensemble des usagers des BU de Poitiers éligibles au dispositif. Dans un deuxième temps, le SCD a déposé – avec le Pôle handicap – un dossier afin d’obtenir l’agrément pour bénéficier de l’exception handicap au droit d’auteur. Cette démarche a conduit – par arrêté ministériel du 5 octobre 2017 – à l’inscription de l’Université de Poitiers sur la liste des organismes bénéficiant de cette exception handicap et à l’octroi à l’établissement de l’agrément pour accéder aux fichiers numériques des œuvres auprès des éditeurs. Les services de l’Université de Poitiers peuvent à ce titre procéder à des adaptations d’œuvres sous droits sans autorisation préalable des ayants droits ni compensation financière. L’accès aux fichiers des éditeurs se fait via la plate-forme PLATON gérée par la Bibliothèque nationale de France (BNF).

Bilans et perspectives

Deux ans après la mise en place du réseau de référent·e·s handicap, il est possible de dresser un premier bilan sur les réussites et les difficultés rencontrées dans ce développement d’une offre de services plus inclusive et mieux adaptée aux étudiant·e·s en situation de handicap.

A l’échelle de l’Université, le développement de cette offre de services a contribué à renforcer le positionnement du SCD comme service pleinement acteur de la réussite de tous·tes les étudiant·e·s. Même si des efforts de communication sont encore nécessaires, ce travail étant par essence sans cesse à recommencer, le rôle et les actions du SCD en matière de services handicap sont connus et reconnus par les instances de l’Université et par les structures et services intervenant dans ce domaine. Les personnels du SCD sont ainsi régulièrement sollicités pour présenter leurs actions dans différentes rencontres et journées d’étude ou de sensibilisation sur la thématique de l’inclusion des publics en situation de handicap.

Ce souci de prendre en compte les besoins des étudiant·e·s en situation de handicap semble également de mieux en mieux reconnu par les usagers concernés eux-mêmes, qui ont pour un certain nombre bien identifié le rôle et l’accompagnement que pouvaient leur apporter les référent·e·s handicap dans les BU. Cette visibilité accrue se traduit depuis septembre 2018 par un nombre croissant de demandes d’adaptations d’ouvrages qui atteint aujourd’hui la vingtaine. Cette situation a mis en lumière les fragilités de notre organisation interne. Le circuit de traitement des adaptations a dû ainsi être déjà adapté et l’équipe de référent·e·s handicap découvre une activité chronophage mobilisant des compétences techniques pas toujours évidentes à maîtriser. Des efforts de rationalisation des procédures et des circuits ainsi que de formation sur une maîtrise optimale des outils et des règles d’adaptation sont à prévoir dans les prochaines semaines. Une clarification de notre engagement quant au niveau de service à rendre est aussi à réaliser, afin de pouvoir informer précisément les usagers de ce qu’ils peuvent attendre ou pas des équipes du SCD en matière d’adaptation, en fonction des moyens que nous pouvons mobiliser.

A l’échelle du SCD, l’organisation du réseau des référent·e·s handicap a permis de constituer une équipe investie et motivée sur une activité reconnue comme valorisante et particulièrement utile. Les référent·e·s ont sans aucun doute gagné en compétences et enrichi leurs connaissances d’une problématique qui dépasse le cadre des métiers de la documentation. Le choix d’un travail en transversalité sur une thématique commune a permis également de constituer une équipe disposant d’une forme de « culture commune » tout en permettant de renforcer les échanges entre personnels exerçant dans des bibliothèques parfois géographiquement éloignées. A l’inverse, et malgré le soutien de l’équipe de direction et des responsables de service, ce fonctionnement transversal peut provoquer quelques points de friction avec une organisation du travail en grande partie encore structurée de façon verticale. Des ajustements sont là encore à trouver pour mieux définir dans les fiches de poste la quotité de travail à consacrer aux missions spécifiques des référent·e·s handicap dans les différentes bibliothèques du réseau, aucun des référent·e·s n’étant dédié à plein temps sur ces activités.

Le développement d’une offre de services plus accessible et véritablement inclusive au SCD de Poitiers s’est effectué simultanément dans plusieurs directions afin de définir une organisation du travail à même de soutenir le déploiement d’une offre de services. La construction de ces fondations a rencontré les préoccupations de l’établissement et a pu ainsi s’inscrire pleinement dans la mise en place par l’Université de sa politique d’accueil et d’accompagnement vers la réussite des étudiant·e·s en situation de handicap. Une dynamique s’est enclenchée à l’échelle du SCD, dynamique qu’il convient maintenant d’entretenir en améliorant encore la structuration du réseau et en étant capable de dimensionner convenablement notre offre au regard des demandes des usagers et des moyens humains et matériels que le SCD est en capacité de mobiliser. La montée en puissance de l’activité d’adaptation de documents sous droits figure à cet égard un défi réel riche de risques comme de promesses.

Frédéric Duton
SCD Poitiers
Responsable BU Sciences Techniques et Sport
Chargé de la communication, de la formation des usagers et des services aux publics

Contact : frederic.duton@univ-poitiers.fr

 

 

Publicités

Des bibliothèques DAISYrables en Savoie Mont-Blanc

Visuel de l'opération des bibliothèques DAISYrables. Texte de l'affiche : Les bibliothèques DAISYrables : un accès à des livres audio dans un format adapté pour lire sur ses deux oreilles.

A partir de juin 2018, Savoie-biblio en partenariat avec l’Association Valentin Haüy propose un accès illimité et gratuit à des livres audio dans un format adapté  DAISY dans 20 bibliothèques des Pays de Savoie.

Contexte de l’opération

Cette action s’inscrit dans le Plan de Développement de la Lecture Publique 2015-2020 voté par les élus du Conseil Savoie Mont Blanc (CSMB) : Affirmer le rôle essentiel de la lecture publique au service du lien social -> Favoriser l’accès à la lecture et à la culture des publics spécifiques et empêchés ; favoriser l’accès au livre numérique pour les personnes en situation de handicap.

Principe

Faire bénéficier des bibliothèques des Pays de Savoie d’un accès à la base Eole de l’association Valentin Haüy (AVH). Cela leur permet de fournir les fichiers audio format Daisy aux personnes concernées.

Organisation

  • Le Conseil Savoie Mont Blanc a conventionné avec l’Association Valentin Haüy le 13 juillet 2017, et a transmis à l’AVH la liste des bibliothèques participantes ; l’opération se déroule jusqu’en 2020, avec le même groupe de bibliothèques.
  • Chaque bibliothèque a un accès à la base Eole
  • Elle vérifie les conditions d’accès de la personne qui souhaite avoir le fichier Daisy d’un document
  • Elle télécharge les fichiers au format Daisy à partir de la base Eole
  • Elle transmet le fichier à l’usager, sur le support qu’il souhaite : clé USB, CD, smartphone

Savoie-biblio organise et finance deux journées de formation dispensées par l’AVH afin d’être autonomes dans la mise à disposition de ce service dans leur bibliothèque.

A qui s’adresse ce service ?

Ce service dénommé  « Bibliothèques DAISYrables » est réservé aux personnes pouvant bénéficier de l’exception à la législation sur le droit d’auteur. Il s’adresse donc exclusivement à toute personne empêchée de lire  en raison d’un handicap (moteur, visuel, cognitif, psychique) ou de troubles dys. Pour avoir accès aux livres audio en format Daisy, il leur faut présenter un document attestant qu’elles sont empêché.e.s de lire. Ce document doit être pertinent au regard de leur situation.

Comment en bénéficier ?

Les personnes concernées peuvent se rendre dans une des Bibliothèques DAISYrables (17 collectivités de Savoie et Haute-Savoie ont répondu à la proposition) :  Aix-les-Bains, Annemasse, Challes-les-Eaux, Cluses, Dingy-Saint-Clair, Drumettaz-Clarafond, La Balme-de-Sillingy, Magland, Margencel, Novalaise, Pont-de-Beauvoisin, Publier, Serrières-en-Chautagne, Sillingy, réseau de la Vallée de Chamonix Mont-Blanc (bibliothèques de Chamonix, les Houches, Servoz, Vallorcine), Viviers-du-Lac, Yenne. L’accès à ce service est gratuit après inscription à une de ces bibliothèques.

Quels livres trouver ?

Les livres auxquels les lecteurs ont accès sont disponibles sur la bibliothèque numérique Eole. Ils peuvent choisir parmi 25 000 titres de livres, avec une grande variété de genres.  Ils peuvent effectuer des recherches par auteur ou par titre. L’équipe de la bibliothèque est à leurs côtés pour les accompagner dans leurs recherches, comme elle le fait tous les jours pour les lecteurs de la bibliothèque.

Qu’est que le format DAISY ?

DAISY (Digital Accessible Information SYstem) est  un format pour livres audio. Les livres audio en format Daisy sont  des livres structurés permettant une navigation aisée à l’intérieur du texte.  Ainsi il est possible de se déplacer dans l’enregistrement de chapitre en chapitre, de paragraphe en paragraphe, de phrase en phrase. Il est également possible de régler la vitesse de lecture sans que la voix ne soit déformée, choisir le timbre de la voix, poser un signet à un endroit au cours de la lecture, comme un marque page à retrouver plus tard, avoir l’indication du temps de lecture écoulé et du temps restant jusqu’à la fin du livre. Et surtout, la lecture reprend à l’endroit exact où la personne a arrêté sa lecture.

Comment lire un livre en Daisy?

Une fois téléchargé, le livre en format Daisy peut être gravé sur un CD. Il peut aussi être enregistré sur une clé USB ou une carte SD. Il  faut ensuite un appareil capable de lire le format Daisy. Pour cela, il faut installer un logiciel sur un ordinateur, ou une application spécifique sur un smartphone ou une tablette. Il existe des appareils spécifiques, dits « lecteurs Daisy », dans lesquels il suffit d’insérer le CD, la carte SD ou la clé USB.

Envie d’en savoir plus, contacter Claire BURGHGRAEVE

Curieux et curieuse de découvrir d’autres initiatives ? Consultez la Carte des initiatives pour l’inclusion et l’accessibilité universelle en bibliothèque

 

 

 

 

 

 

 

 

« Reims : des biblio-thèmes à la BM !

Couverture du livret Biblio-thèmes : les dys. Texte figurant sur la couverture : Bibliothèque municipale de Reims. Biblio-thèmes. Documentation à l'intention des proches aidants. Logos de la bibliothèque de Reims et de la ville de Reims.

La bibliothèque municipale de Reims propose des biblio-thèmes. Il s’agit de livrets destinés aux proches aidants. C’est-à-dire aux familles ou aux professionnels qui sont amenés à côtoyer des personnes en situation de handicap mais aussi au public handicapé.

Chaque livret regroupe deux parties :

– les ressources : avec les services proposés par la bibliothèque municipale, les associations locales et nationales, les organismes et institutions, les sites internet.

– des suggestions de lecture : avec une bibliographie comprenant romans, témoignages, guides pratiques, documentaires et films.

Des mallettes pédagogiques sont à disposition dans les médiathèques Jean Falala et Croix-Rouge.  Elles comprennent le livret mais aussi de la documentation sur les structures d’accueil, les associations et les administrations spécifiques.

Il est également possible de télécharger les livrets sur le site internet de la bibliothèque : www.bm-reims.fr rubrique services, accessibilité.

Le 29 septembre 2018, pour promouvoir ce dispositif, un colloque organisé avec l’association DFD 51 aura lieu à la médiathèque Jean Falala, qui portera sur la dyspraxie.

Avec ces biblio-thèmes, la bibliothèque municipale de Reims vise à sensibiliser et à accompagner toutes les personnes en contact avec des personnes en situation de handicap pour une meilleure accessibilité à la lecture.

Envie d’en savoir plus ? Contactez  Aurore Sohier

Curieux et curieuse de découvrir d’autres initiatives ? Consultez la Carte des initiatives pour l’inclusion et l’accessibilité universelle en bibliothèque

Ciné-ma différence : le cinéma c’est pour tout le monde !

Phographie prise avant une séance de Ciné-ma différenceLa médiathèque André Labarrère est la première bibliothèque de France à intégrer le réseau Ciné-ma différence  qui milite pour et organise des projections adaptées à de multiples publics, inclusives puisque l’objectif est de faire cohabiter dans une même séance des publics concernés par le handicap et d’autres qui ne le sont pas.

Pourquoi ?

Regardez la vidéo : https://youtu.be/DdKqOfy3w0U

Il s’agit donc :

  • d’ouvrir les portes des cinémas aux personnes en situation de handicap, comme à tout le monde, en même temps que tout le monde (pas de séance « réservée »)
  • de permettre à des familles de sortir ensemble, même si l’un d’entre eux est handicapé,
  • de changer le regard du « grand public » sur le handicap

Pour qui ?

Ces projections sont ouvertes à TOUS, avec ou sans handicap. Elles sont particulièrement adaptées aux personnes, enfants et adultes, autistes, polyhandicapés, avec un handicap mental, ou des troubles psychiques, présentant des troubles du comportement.

En quoi les séances sont-elles adaptées ?

Lien vers le film d’avant séance : http://www.cinemadifference.com/Film-avant-seance-POP-UP.html

  • Présence de bénévoles et d’agents accueillants et disponibles avant, pendant et après la séance. Ils sont nombreux (8 en moyenne, 2 agents et 6 bénévoles) et très visibles avec leurs gilets jaunes
  • Information de l’ensemble du public et en particulier du public non concerné par le handicap, selon différentes modalités (directement et individuellement par les bénévoles/ agents présents, flyers, discours collectif, film d’avant séance)
  • Extinction progressive de la lumière
  • Niveau sonore abaissé
  • Projection sous-titrée en français, éventuellement pour sourds et malentendants

Où ?

Dans l’auditorium de la médiathèque André Labarrère, Place Marguerite Laborde à Pau. La médiathèque est labellisée Tourisme et Handicap pour les 4 handicaps. L’auditorium fait 120 places dont 10 PMR.

Quand ?

6 séances par an le samedi, à 15h.

Prochaines séances :

  • 07 juillet 2018 : Vaïana, la légende du bout du monde
  • 22 septembre 2018
  • 1er décembre 2018

Comment ?

C’est gratuit ! (comme tous les services du réseau des médiathèques de la Communauté d’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées depuis 2009),  dans la limite des places disponibles. La réservation est recommandée pour les groupes et les personnes en fauteuil.

Quoi ?

Les films projetés sont toujours des films grand public, familiaux, choisis parmi le large fonds de DVD du réseau des médiathèques. Ce sont en général des films récents, mais aussi, pourquoi pas, des films plus classiques que l’on a plaisir à redécouvrir sur grand écran. Ont déjà été proposés : Vice Versa, Le petit Nicolas, Belle et Sébastien, Belle et Sébastien : l’aventure continue, Le Pôle Express, Un monstre à Paris, E.T l’extra-terrestre, L’ascension.

Qui s’en occupe à Pau ?

La coordination est assurée par Sylvia Gonzalez, chargée de mission handicap de la ville de Pau et Anne-Laure Garrigues, bibliothécaire à la médiathèque André Labarrère. Les bénévoles présents aux séances sont issus de 3 associations (+ 1 étudiant) :

Ces associations assurent aussi un relais efficace pour toucher le public handicapé.

Et comment ça se passe, après 7 séances ?

Très bien !

  • Depuis 1 an, aucun incident à déclarer, des séances très calmes
  • Des gens heureux à la sortie ! (et qui nous le disent)
  • Une reconnaissance de la part des personnes concernées par le handicap, qui osent enfin venir. Certains sont venus pour la première fois « au cinéma » grâce à ce dispositif.
  • Très bon accueil de la part des personnes non concernées par le handicap, séduites par le principe, qui réalisent la difficultés des autres et sont rassurées par la présence des bénévoles (qui les dispensent d’intervenir en cas d’éventuel problème)
  • Des bénéficiaires imprévus : familles avec nourrisson ou enfants en bas âge
  • Et du coup des agents et des bénévoles fiers et prêts à recommencer

Quelques chiffres :

En 2017, sur 5 séances, le nombre moyen de spectateurs était de 50 dont 27 concernés par le handicap. En 2018, sur 3 séances, ce nombre est passé à 75 dont 55 concernés par le handicap.

Envie d’en savoir plus, contactez Anne-Laure GARRIGUES

Curieux et curieuse de découvrir d’autres initiatives ? Consultez la Carte des initiatives pour l’inclusion et l’accessibilité universelle en bibliothèque

Handicap et bibliothèque universitaire : quelle accessibilité pour quel public ?

Le mémoire de Belinda Missiroli, rédigé dans le cadre de sa formation de conservatrice des bibliothèques « Handicap et bibliothèque universitaire : quelle accessibilité pour quel public ? » est en ligne sur le site de l’Enssib. Elle dresse un état des lieux de la prise en compte des publics en situation de handicap en bibliothèque universitaire. C’est une première car ce travail n’avait jamais été réalisé. Il existe en bibliothèques universitaires un grand nombre d’initiatives mais elles sont rarement reliées à un véritable projet d’établissement inclusif et bénéficient encore plus rarement de moyens (humains ou financiers) dédiés.

A lire sans modération, pour savoir ce qui se fait et pour découvrir ce qui devrait se faire !

 

 

 

« Ensemble » à la Médiathèque Le Singulier(s) – Belleville

L'image comprend des personnages de couleur qui symbolisent différentes situations (handicap, vieillesse, famille avec enfants). Le mot Ensemble est noté en braille et épelé en langue des signes.

Visuel de l’opération Ensemble


La Médiathèque Le Singulier(s) à Belleville dans le Rhône a ouvert en novembre 2015. Elle a été conçue dans l’esprit 3ème lieu. Dès le Projet Scientifique, Culturel, Educatif Social de l’établissement, il était acquis que nous souhaitions un lieu accessible à tous. Lors des travaux et dans les derniers mois avant l’ouverture nous avons fait notre possible pour aller plus loin que le simple respect de la loi dans la mise en accessibilité. Ainsi notre bâtiment est équipé de bandes de guidage au sol, de balises sonores, d’une table d’orientation multimédia, relief et braille, d’un télé-agrandisseur…

Mais après deux ans d’ouverture et la mise en place d’un service de prêt de livres audio Daisy en partenariat avec la Médiathèque Valentin Haüy, le constat est là, personne n’a connaissance de tous ces équipements !

Nous avons alors décidé de monter un évènement pour parler de handicap et promouvoir nos aménagements. C’est ainsi qu’est né « Ensemble ». Le projet avait pour objectif de sensibiliser au handicap sous toutes ses formes. Bien sûr tous les handicaps sont différents mais nous avons essayé de viser assez large pour aborder un maximum de domaines. Ce qui nous tenait particulièrement à cœur était de ne pas spécialement parler des aspects médicaux et surtout de ne pas être dans le pathos.

Nous avons donc monté un projet pour deux mois d’animations : deux expositions, des projections, des ateliers sur inscription ou en accès libre, des lectures, une conférence et un gros évènement : un concert de rap chansigné. Nous abordons la déficience visuelle, la surdité, l’autisme, la trisomie 21, les troubles « DYS » et le handicap moteur, avec l’appui de nombreux partenaires.

Le plus compliqué a été de trouver un nom à cet évènement. Notre graphiste (La Concepthèque) nous a proposé un super visuel mais pour lequel il fallait un nom court. Et finalement, après de longues heures de recherche, « Ensemble » c’est imposé comme une évidence.

Depuis que nous avons lancé la communication sur l’évènement, tous les retours sont extrêmement positifs. Nous avons un nombre de partages sur Facebook qui nous impressionne. La presse parle de nous. Et surtout, le public est là, présent en nombre aux différentes animations proposées et très satisfait.

Bien sûr, notre évènement n’est pas parfait : toutes les rencontres ou conférences ne sont pas interprétées en langue des signes, à notre grand regret, mais le coût des interprètes (tout à fait légitime) est un frein, d’autant plus quand nous ne semblons pas avoir de public sourd ; et les expositions ne sont pas audio-décrites. Il y a sans doute d’autres choses que l’on pourrait nous reprocher, mais pour nous l’objectif est atteint !

Marine Marquer

 Le programme complet ici : http://www.lesinguliers-mediatheque.fr/node/content/nid/47645

En libre accès / L’accessibilité en bibliothèque – jeudi 9 novembre 2017 Bibliothèque de Lyon Part-Dieu

Image représentant le logo de la manifestation En libre accès
La Bibliothèque municipale de Lyon organise un événement autour de la culture accessible du 4 au 18 novembre, mêlant des spectacles, conférences et ateliers ouverts à tous les publics : En libre accès.C’est dans ce cadre que la bibliothèque de la Part-Dieu organise une journée de partage d’expériences sur le thème de l’accessibilité en bibliothèque avec des interventions le matin et des visites de services l’après-midi : comment améliorer l’accueil et les services à destination de tous les publics ? Comment pérenniser notre expérience sur les collections accessibles, la connaissance des dispositifs, l’accueil et la communication, la médiation et l’offre culturelle dans son ensemble ?

La matinée débutera par la présentation du médiathème de la commission Accessibib, « Accessibilité universelle et inclusion en bibliothèque », véritable guide ressource collectif sur l’ensemble des grandes thématiques que couvre l’accessibilité en bibliothèque. 

Inscriptions et programme détaillé : https://framaforms.org/en-libre-acces-journee-du-9-novembre-2017-1500554191

Journée d’étude Handicap et numérique annulée :(

La nouvelle est tombée hier soir. Sur décision préfectorale, les équipements publics sont fermés et par conséquent, la médiathèque Émile Zola ne peut accueillir la journée d’étude Handicap et numérique en bibliothèque, organisée conjointement par la BPI, la commission Accessibib de l’ABF, le  Service du Livre et de la Lecture et les médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole.  130 personnes venues de toute la France s’étaient inscrites, les intervenants étaient prêts, les ateliers bouclés, les collègues de Montpellier prêts à nous accueillir. Les échanges promettaient d’être riches mais la météo et le principe de précaution en ont décidé autrement. 

Nous ne savons pas encore si cette journée pourra être reconduite ni sous quelle forme. Le nombre d’inscrits et les discussions que nous avons tout au long de l’année nous montrent que le nombre de bibliothèques qui s’engagent dans une démarche de politique inclusive augmente. Les lieux et les instances d’échanges sont donc essentiels. 

Ce blog et notre page Facebook sont des lieux de partage d’expériences alors lisez-nous, suivez-nous, partagez-nos infos !  

Les collègues de la médiathèque Émile Zola ont gentiment organisé une visite de l’espace Homère.

 

« Les bibliothèques, handicaps psychique et cognitif » Journée d’étude ABF Bourgogne – 21 mars 2016, Dijon 

Le groupe ABF Bourgogne organise une journée d’étude autour de l’accueil des publics en situation de handicap psychique ou cognitif

Lundi 21 mars 2016, de 9h30 à 17h

Bibliothèque centre-ville La nef, Salle de conférences

1, Place du Théâtre 21000 DIJON

Le matin, des interventions de psychologues et psychothérapeutes permettront aux participants d’approfondir leurs connaissances sur les psychopathologies de l’adulte et de l’enfant. L’après-midi, parole aux bibliothécaires autour de témoignages et de retours d’expériences.

Vanessa Van Atten, chargée de mission Publics empêchés au Service du livre et de la lecture participera également à cette journée dont j’assurerai la modération. Une journée riche en perspective !

Programme de la journée : journée_étude_abf_handicap_psychique_16_nov_2015

Infos et inscription : abfbourgogne@gmail.com

Politique du handicap dans l’enseignement supérieur

Par Françoise Martinelli

Le mercredi 18/06, veille du congrès de l’ABF, j’ai assisté à une conférence organisée par la CPU, l’AMUE et le Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur la « Politique du handicap : une mission sociétale à inscrire dans la stratégie des des établissements d’enseignement supérieur et de recherche ».

Étape nécessaire de décryptage : CPU = Conférence des Présidents d’ Université ; AMUE = Agence de mutualisation des universités et des établissements d’enseignement supérieur et de la recherche.

Dominique Gillot, sénatrice Val d’Oise, a resitué les actions autour du handicap dans le contexte de la responsabilité sociale des universités, de la nécessité de partager un projet commun et d’une culture partagée et intégrative.

Simone Bonnafous, directrice générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle a ensuite souligné que cette première journée démontrait l’importance que le ministère attache à cette question. Elle a insisté sur le rôle inclusif des universités. Pour rappel, la loi de juillet 2013 sur l’enseignement supérieur a créé l’obligation pour les établissements de l’enseignement supérieur de mettre en place un schéma directeur pluriannuel du handicap, voté par le CA et faisant l’objet d’un rapport annuel. Ce schéma existait déjà dans la Charte de la CPU mais n’avait pas force de loi. Cette journée était l’occasion de faire un point sur les politiques handicap des universités dans le contexte de ce schéma directeur..

Ce billet ne vise pas à l’exhaustivité. Il s’agit plutôt de faire un focus sur quelques points à partir des 4 axes des schémas directeurs : accessibilité, études, personnel, recherche.

Les aspects Ressources Humaines ont pris une grande importance dans les débats. En effet, si les universités ne satisfont pas l’obligation d’emploi de 6%, elles sont assujetties à une contribution financière versée au FIPHFP (Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique) .

Elles s’efforcent ainsi de recenser toutes les personnes éligibles à l’obligation d’emploi déjà présentes dans leur effectif, les embauches n’étant pas toujours à l’ordre du jour. En outre, dans la plupart des cas le handicap survient en cours de vie. Il a été rappelé dans les grandes lignes le rôle du FIPHFP : financement de l’aménagement du poste de travail ou de transport adapté, prothèses auditives, mise en œuvre d’actions ou de politique de maintien à l’emploi, …

Le ministère a annoncé la parution prochaine du décret sur le statut des enseignants-chercheurs qui prévoit une procédure spécifique de recrutement par une commission ad´hoc pour les personnes en situation de handicap.

Un des intervenants a souligné qu’aujourd’hui, il fallait inscrire les processus de gestion des singularités dans les processus de gestion de ressources humaines.

Sur le plan de la formation et de l’accueil des étudiants, il a été dit qu’il était temps d’entrer dans l’ère de la normalité de l’accueil des étudiants handicapés. En effet, même si le nombre d’étudiants en situation de handicap a fortement augmenté (près de 14 000 étudiants), ce nombre diminue fortement avec l’avancée dans les cursus. Il y aurait 150 doctorants en situation de handicap. Des contrats doctoraux (25 par an) sont réservés aux étudiants en situation de handicap mais le ministère rappelle que ces types de contrat doivent être aussi pris en charge par les écoles doctorales. Il fut également souligné que la répartition des étudiants était très inégale selon les disciplines universitaires avec une plus forte présence en Sciences humaines et sociales.

Dyslexie, dysgraphie, dyspraxie, troubles psychiques, les missions handicap aident à la compensation de troubles très divers et les solutions proposées doivent être personnalisées y compris pendant les temps de stage en entreprise qui font partie intégrante des cursus. Tout cela nécessite des compétences et de l’anticipation. Les personnels non formés se sentent parfois démunis.

Le volet recherche du schéma directeur incitera les universités à encourager des projets de recherche en lien avec le handicap.

Mesures d’accessibilité du cadre bâti : l’élaboration des textes qui vont permettre aux établissements de s’inscrire dans les AD’AP (Agenda d’Accessibilité Programmée) est en cours. Ils devront déposer leur AD´AP avant juillet 2015

En conclusion, les attentes vis-à-vis du schéma directeur pluriannuel sont les suivantes : apporter un cadre stratégique aux actions menées et une dimension prospective (plutôt que la réponse au coup par coup), favoriser l’évaluation grâce au rapport annuel présenté en conseil d’administration et donner de la cohérence aux actions menées.

L’accord sur les principes ne permet pas d’éluder la question fondamentale du comment. Les universités doivent s’emparer des questions d’accessibilité prises au sens large (accessibilité du bâti, du poste de travail, du savoir, du projet professionnel, …) pour proposer une réponse à la question : quelle université inclusive voulons-nous ? L’ensemble des composantes et des services est associé dans les universités où l’élaboration du schéma est avancée. Les intervenants ont tous défendu l’intérêt de nommer des référents handicap dans les différents services. Si les BU ne sont pas sollicitées, il faut qu’elles se signalent dans le domaine de l’accessibilité aux savoirs.

Ce fut une journée riche où fut aussi évoquée une approche territoriale. La couleur politique forte donnée aux échanges et l’importance de la dimension stratégique du schéma directeur handicap laisse augurer des progrès dans la prise en compte des besoins des ètudiants en situation de handicap. Les choses avancent sans doute trop lentement mais elles avancent.