Patients : l’histoire vraie du slameur Grand Corps Malade

Un film sur le handicap…encore, direz-vous ? oui mais allez le voir…

Le film est adapté du livre-récit Patients, édité en 2012, et qui raconte l’histoire de Fabien Marsaud, jeune sportif qui rêvait de compétition et qui a du accepter de réadapter son espoir…il est ensuite devenu le slameur Grand Corps Malade…

Le film a été tourné dans le centre de réadaptation de Seine-et-Marne où Fabien a passé 1 an de rééducation. Les figurants sont des vrais patients mais les acteurs sont valides. Fabien explique que sur 4000 personnes reçues au casting, seules 3 étaient en fauteuil roulant.

Plutôt que des tas de mots pour vous expliquer la justesse de ce film, laissons les mots de la chanson du générique…

Bah ouais c’est sur c’est la merde

C’est pas trop ça ce qui était prévu

Nos ambitions sont en berne et notre avenir est en garde à vue

 

Et si c’est vrai que l’intelligence et la capacité d’adaptation

Il va falloir la joué rusé face à certaines situations

Avec une enclume sur le dos, les pieds liés et les vents de face

C’est déjà plus dure d’aimer la vie, de faire des sourires dans la glace

On a perdu la première manche mais le même joueur rejoue

Le destin nous a giflé, on ne veut pas tendre l’autre joue

Alors va falloir inventer avec du courage plein les poches

Trouver autre chose à raconter pour pas louper un deuxième coche

Y’avait surement plusieurs options mais finalement on a opté pour accepter cette position

Trouver un espoir adapté

Alors on va relever les yeux, quand nos regrets prendront la fuite

On se fixera des objectifs à mobilité réduite

Là bas au bout des couloirs, il y aura de la lumière à capter

On va tenter d’aller la voir avec un espoir adapté

Un espoir adapté, c’est l’envie de croire qui résiste

Même en milieu hostile c’est la victoire qui existe

Ces cinq pentes un peu perdues qui tentent de battre encore des ailes

C’est retrouvé le bout de la sueur entre deux barres parallèles

Un espoir adapté, c’est de l’espoir bousculé

Parce qu’on est dos au mur, y’a plus de place pour reculer

Comme un instinct de survie on pense encore à avancer

 

À la fin de quelque chose il y a bien quelque chose à commencer

Après avoir nagé au cœur des points d’interrogations

On va sortir de la torpeur certains diront reconversion

Là bas au bout des couloirs, y’aura de la lumière à capter

On va tenter d’aller la voir avec un espoir adapté

 

Retrouver un espoir sans oublier ceux qui saignent

Car dans cette quête on est pas tous logés à la même enseigne

Ma deuxième chance et même si je peux la rendre belle

Je pense souvent à la tristesse du dernier sourire de Noel

Un espoir adapté c’est faire le deuil de tout les autres

Sourire encore ne serait-ce qu’en hommage à tous les nôtres

Ceux qui étaient là, qui m’ont portés au propre comme au figuré

Ceux qui ont adapté leurs vies pour rendre la mienne moins compliqué

 

 

 

 

Découverte adaptée des manuscrits médiévaux à la Bibliothèque Nationale de France

Par Cloé Lignoux

Dans le cadre d’une saison médiévale organisée par plusieurs établissements culturels, La Bibliothèque Nationale de France organise des ateliers afin de faire découvrir au public déficient visuel l’univers des manuscrits médiévaux et le début de l’imprimerie. Mon collègue Thierry Renault et moi-même avons eu la chance de participer à la première visite.

En cheminant d’ateliers en ateliers, toutes les caractéristiques et toutes les diversités de ces pièces historiques ont été abordées : taille et forme des manuscrits, reliure, écriture, enluminure… avec, à chaque fois, la possibilité de toucher des reproductions. Nous sommes ressortis enthousiastes de cette séance de 2h.

Un manuscrit en forme de coeur

Un manuscrit en forme de cœur

 

la-reliure

La reliure

Les prochaines visites sont prévues les 16 mars et 20 avril. L’inscription est obligatoire.

Pour consulter l’ensemble du programme de cette saison médiévale : http://www.cite-sciences.fr/fr/ma-cite-accessible/deficients-visuels/expositions-temporaires/quoi-de-neuf-au-moyen-age/saison-medievale-inter-musees/

Numok 2016 : 2 ateliers accessibles aux déficients visuels à la médiathèque Marguerite Duras

Par Hélène Kudzia

Lors d’une journée d’étude sur les tablettes, destinée aux bibliothécaires de la Ville de Paris, Fabienne Le Hein et moi avons présenté 2 ateliers numériques inclusifs, accessibles aux déficients visuels. Nous partageons ici la trame de notre intervention sous la forme d’un PowerPoint, car nous pensons que ces actions peuvent facilement être reconduites à la médiathèque Duras ou ailleurs. 

2 enfants un casque sur les oreilles, une tablette dans les mains

Atelier jeux sonores à la médiathèque Marguerite Duras : on joue à A blind Legend (copyright Médiathèque Marguerite Duras)

En octobre 2016 a eu lieu la 2e édition du festival Numok, autour de la culture numérique. Et cette année 2 ateliers étaient accessibles aux déficients visuels !

1. Atelier collectif de découverte des applications participatives (toutes les applications ne sont pas accessibles avec VoiceOver).

2. Jeux sonores

Toutes les applications présentées sont gratuites et disponibles sous IOS.

 

 

Report de la journée d’étude « Handicap et numérique » au 30 mars 2017

La journée d’étude « Handicap et numérique en bibliothèques : cadres, démarches, outils », initialement prévue le 13 octobre dernier, avait dû être annulée du fait des intempéries sur la ville. 

Elle est reportée au jeudi 30 mars 2017, toujours à la médiathèque centrale Emile Zola de Montpellier et sur la base du programme de la journée prévue en octobre. Programme journée d’étude octobre 2016

Les personnes qui se sont déjà inscrites en octobre  sont invitées à confirmer leur inscription auprès de la Bpi avant le lundi 30 janvier 2017 . Les places restantes seront ouvertes aux inscriptions début février .

 Cet événement est organisé conjointement par la Bibliothèque publique d’information, la commission Accessibib de l’Association des bibliothécaires de France, le Service du Livre et de la Lecture (MCC/Direction Générale des Médias et des Industries Culturelles) et la Direction des médiathèques et du livre de Montpellier Méditerranée Métropole.

 

Améliorer l’accès au livre et à la lecture pour les publics empêchés : dispositifs et retours d’expérience. Mercredi 25 janvier 2017, médiathèque Françoise Sagan (Paris 10e)

#JPE2017

La journée professionnelle « Améliorer l’accès au livre et à la lecture pour les publics empêchés : dispositifs et retours d’expérience », qui se tiendra le mercredi 25 janvier 2017 à la médiathèque Françoise Sagan (Paris 10e), est proposée par le ministère de la Culture et de la Communication (Direction générale des médias et des industries culturelles – DGMIC), en partenariat avec l’Association des bibliothécaires de France (ABF) et les bibliothèques de la Ville de Paris.

Cette journée s’appuie sur les résultats de l’étude DGMIC « Lecture publique et publics empêchés » (2016) dont la réalisation a été confiée au Crédoc. L’étude visait à établir un état des lieux des actions et des partenariats mis en place par les bibliothèques territoriales en faveur des publics empêchés (en situation de handicap, sous main de justice, en établissement de soin), ainsi que d’identifier des pistes pour améliorer l’accès au livre et de lecture de ces publics.

La journée a également pour objectifs de communiquer les principaux résultats de l’étude DGMIC « Lecture publique et publics empêchés », de mieux faire connaître les outils et les dispositifs existants et de diffuser des bonnes pratiques.

PROGRAMME

9h Accueil des participants
9h30 Ouverture, Viviane Ezratty, Directrice de la médiathèque Françoise Sagan, et Nicolas Georges, Directeur chargé du livre et de la lecture (DGMIC)
9h45 Présentation des résultats de l’étude, Nelly Guisse (Crédoc)

Des dispositifs pour améliorer l’accès au livre et à la lecture

10h30 Les projets culturels, scientifiques, éducatifs et sociaux (PCSES) et les Contrats territoire-lecture (CTL), Anne Morel (DGMIC)
11h Les aides à la diffusion en faveur des publics empêchés, Marc Guillard (Centre national du Livre – CNL)
11h30 Améliorer l’accueil en bibliothèque des personnes en situation de handicap : une des principales missions nationales de la Bpi, Jean-Arthur Creff (Bibliothèque publique d’information)
12h La lecture à l’hôpital. Cadres et recommandations, Claudie Guérin (Assistance publique – Hôpitaux de Paris – AP-HP)

12h45-14h Déjeuner libre

Retours d’expérience

14h La démarche du « facile à lire » en Bretagne, Françoise Sarnowski (Bibliopass), en partenariat avec Livre et lecture en Bretagne
14h30 Daisy dans vos bibliothèques, Luc Maumet (Association Valentin Haüy)

15h Échanges avec la salle

15h30 Les actions en bibliothèque départementale de prêt en faveur des publics empêchés, Lucie Ambrosi (Médiathèque départementale Pierres Vives)
16h L’accueil des publics sourds en bibliothèque : l’exemple des bibliothèques de la Ville de Paris, Fanny Conte (Médiathèque de la Canopée – La Fontaine)

16h30 Conclusion de la journée, Hélène Brochard (Association des bibliothécaires de France – ABF)

17h Fin de la journée.

Le Prix Facile à lire Bretagne 2017, un projet solidaire et coopératif

Nous avons déjà parlé sur ce blog du développement depuis 2014 des Espaces facile à lire dans le  Finistère, l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan, soutenus par l’EPCI Livre et Lecture en Bretagne. La commission Accessibib prévoit d’en reparler plus largement lors du Congrès ABF, car de nombreuses villes et régions sont intéressées par ce concept et organisent des formations pour les équipes de bibliothèque..

module_avec_livres espace_facile_lire_dinard_2016 module_rougefdl-004

Cette idée, venue des pays scandinaves, consiste à installer dans un espace attractif (dans une bibliothèque et ailleurs dans la ville) des livres adaptés aux personnes qui ne lisent pas, ou peu, ou plus, pour des raisons d’illettrisme, d’éloignement social, de handicap (personnes dyslexiques par ex), de culture différente (Sourds, migrants…) ou de dépendance due à l’âge.

Devant le succès de ces expérimentations, Livre et Lecture en Bretagne et L’association Les Chemins de lecture souhaitent aller plus loin en lançant de janvier à septembre 2017, avec le soutien financier de la DRAC, de la Sofia, le soutien logistique des bibliothèques départementales et la participation de 13 communes, le 1er Prix Facile à lire Bretagne !

L’objectif n’est pas de « faire lire » mais, en soutien aux acteurs locaux souvent en manque de temps, de créer des rencontres humaines riches avec les habitants et avec des groupes constitués pour « faire vivre » les 8 livres de la sélection : lectures d’extraits, lectures-spectacle avec musique, débats sur les thèmes des livres, préparation à la rencontre avec les auteurs…

A travers ce prix, et en plus de l’accès aux personnes en exclusion sociale et culturelle, les Chemins de lecture souhaitent développer particulièrement l’accessibilité :

  • rencontres avec un interprète en LSF pour que les Sourds soient invités à participer
  • lectures adaptées aux personnes en situation de handicap mental ou polyhandicapées
  • lectures à haute voix et versions sonores facilitées pour les personnes déficientes visuelles
  • diffusion auprès de jeunes et d’adultes dyslexiquesen partenariat avec l’Aapedys 35, 29 et 56
  • lectures adaptées pour les adultes très âgés résidant en Ehpad et unités Alzheimer

pictos_handicap

Mais le budget est insuffisant pour atteindre ces objectifs de médiation et d’accessibilité portés par Les Chemins de lecture. Donc, une campagne de crowdfunding (financement collaboratif) est lancée depuis le 1er décembre sur la plateforme Kengo, qui soutient les projets bretons. Elle continuera jusqu’à fin janvier.

Nous avons besoin de tous !

tampon-financement-participa

 Pourquoi donner pour ce projet ? Parce qu’après cette édition expérimentale sur la Bretagne, avec 13 bibliothèques et leurs partenaires, le prix pourrait bien devenir un label d’accessibilité et s’étendre à d’autres régions, qui ont déjà constitué des espaces « facile à lire » : l’Hérault, La Loire Atlantique, la Sarthe, La Seine-Maritime…

Les donateurs deviendront acteurs du projet et recevront des contreparties : marque-pages, stickers, abonnement à la newsletter du projet, invitation à la remise des prix en septembre 2017…

En synthèse, le prix Facile à lire Bretagne 2017, c’est :

  • 13 bibliothèques participantes avec leurs partenaires + 3 BDP très impliquées
  • Une sélection de 8 livres faciles à lire pour tous et adaptés à des médiations
  • Des rencontres avec les auteurs / illustrateurs
  • Des lectures à voix haute et des échanges autour des livres, par les bibliothécaires, avec le soutien des Chemins de lecture
  • Un prix « auteur » et un prix « bibliothèque »
  • Un portage inédit par la collaboration entre une structure régionale et une association
  • Des supports de communication pérennes (création d’un logo Facile à lire Bretagne, réalisé par les Ateliers Art-Terre)

 

Pour faire une contribution financière au projet

Blog des Chemins de lecture, pour + d’infos sur la sélection, les bibliothèques participantes, etc.

Blog dédié de Livre et lecture en Bretagne (ouverture début janvier 2017)

 

picto_agir-contre-lillettrisme_logo

 

Une nouvelle adaptation en LSF chez Benjamins media

Benjamins media est un éditeur jeunesse adapté. Chaque titre de son catalogue est conçu pour être accessible par des publics ayant des besoins de lecture spécifique : un album illustré, un enregistrement audio, une adaptation en braille, en gros caractères comportant parfois des jeux en relief. Depuis 2014, Benjamins media propose aussi des adaptations en langue des signes de certains de ses titres : « Mimine et Momo », « Un frère en bocal » et début 2017 « Le papa-maman » (texte Angelina GALVANI, illustration Zeina ABIRACHED) qui aborde avec humour les thèmes de la monoparentalité, de la famille recomposée, des relations entre les enfants et les adultes.

Les vidéos en LSF sont le résultat d’une adaptation d’un texte jeunesse réalisée par une équipe pluridisciplinaire : un interprète, un comédien sourd et traducteur, un linguiste pour superviser la narration en LSF et un comité de pilotage composé notamment de pédagogues et de bibliothécaires sourds et entendants, un caméraman sourd.  

Dans ces livres numériques, chaque langue a sa place : l’audio et le texte français sont dissociés de la vidéo en LSF.  

En plus de l’histoire, l’adaptation LSF du papa-maman propose des bonus en LSF : des lexiques et un jeu filmés avec trois classes bilingues de l’école Jean Jaurès de Ramonville Saint-Agne.  Ce projet avec les enseignants et les enfants et benjamins media a duré 6 mois : la présentation du métier d’éditeur et de l’histoire, la présentation du métier de comédienne sourde, la captation des bonus, la projection finale à la médiathèque José Cabanis le 23 novembre dernier.

Cette adaptation sera commercialisée dès janvier 2017 auprès du grand public en format numérique (epub3) et au format DVD qui accompagne le support livre CD ou livre CD braille.

 

Bibliothèque départementale de l’Ain : accessibilité des bibliothèques, rencontre le jeudi 24 novembre 2016 à 18h30

Quelle prise en compte des handicaps dans les politiques culturelles ? Venez échanger avec Alexandre Martre, bibliothécaire à la Médiathèque Valentin Haüy.

De Louis Braille aux nouvelles technologies : pour une lecture accessible à tous. Grâce à l’exception au droit d’auteur en faveur des personnes handicapées prévue par la loi DADVSI de 2006, la médiathèque Valentin Haüy propose des livres adaptés pour les personnes aveugles ou malvoyantes ou ne pouvant plus lire du fait d’un autre handicap. Elle propose gratuitement de très nombreux titres, disponibles sur divers supports adaptés.

 Affiche Rendez-vous Récamier sur l'accessibilité

 

 

Entrée libre et gratuite.

Contact : 04.74.45.22.06 ou bdpain@ain.fr
Adresse : 31 rue Juliette Récamier – 01000 Bourg-en-Bresse

Accueil des personnes en situation de handicap à Illkirch

Par Nadia ZELTOUT  (Médiathèque Sud, ville et Communauté urbaine de Strasbourg)

Chaque jeudi matin à la médiathèque Sud à Illkirch (67) je reçois les personnes adultes en situation de handicap (physique et psychique)  IEM les grillons de l’institution ARAHM : Association Régionale l’Aide aux Handicapés Moteur, car je suis référente pour accueillir ce type de public.

Je leur présente des documentaires sur un thème qu’ils on choisi préalablement avec leur accompagnateur puis nous débâtons sur le sujet pendant 1h30.

A l’issue de ces débats ils empruntent les livres que j’ai utilisés pour cette rencontre car les accompagnateurs poursuivent le sujet dans leur établissement.

Les sujets sont variés : la renaissance ; le système solaire, le corps humain, les réseaux sociaux, différents genre de musique, l’art, le mariage pour tous etc…

S’ils arrivent un peu excités je mets de suite de la musique de relaxation avant de débuter le débat.

Étant donné que les budgets deviennent serrés : ils ont de plus en plus de mal à se déplacer avec leur voiture spéciale qui peut contenir que 5 à 6 personnes et celle- ci doit être partagée avec les autres services.

J’ai proposé une animation hors les murs ce qui permet de toucher beaucoup plus de personnes : 5 à 6 à la médiathèque contre 39 dans leur institut car il regroupe d’autres services lors de ma venue.

Ma direction m’a permis de m’y rendre un mardi pars mois pour animer les débats pour les adolescents.

L’année dernière, le 9 juillet 2015, nous sommes allés à l’institution pour présenter avec l’équipe section jeunesse de la Médiathèque un spectacle intitulé « Vassilia et le letchi » conte russe et nous avions touchés 49 enfants et adolescents. Le public était ravi et nous aussi.

L’ARAHM regroupe les Grillons (adultes) les Iris (enfants) et l’IMPRO (autistes).

Les autistes viennent à la Médiathèque lorsqu’une exposition les intéressent comme par exemple la biodiversité où je leur ai préparé un quizz.

Ce sont des expériences très riches en échange et en bonne humeur. Le sourire est toujours présent et les questions toujours pertinentes. Leur réactivité est aussi surprenante qu’agréable.

Pourquoi accueillir des publics et des artistes sourd(e)s ?

De nombreux professionnels de l’action culturelle à Toulouse et différentes associations se sont réunis les 15 et 16 mars derniers pour réfléchir ensemble à l’accueil des publics sourds et à l’action culturelle en LSF.

Les actes de ces journées sont maintenant disponibles ici

actes-workshop-lsf-mars2016-1-638