Les bibliothèques accompagnent les dys

A l’occasion de la journée nationale des « DYS »,  le 10/10, de nombreuses bibliothèques se mobilisent pour accompagner les dys et valoriser  leurs ressources pouvant intéresser ces publics : livres audio, facile à lire, ressources numériques, outils de lecture adaptés…
Comme chaque année, la Bibliothèque de Toulouse propose un « Forum des DYS : À l’heure du numérique, comment penser l’accompagnement des dyslexiques ? » le samedi 8 octobre à la Médiathèque José Cabanis. L’objectif est d’informer et de sensibiliser le grand public sur la réalité des troubles dyslexiques.  Tout au long de l’après-midi, le public pourra assister à plusieurs ateliers pour découvrir différents logiciels, applications sur tablette ou ordinateur, destinées aux dyslexiques. Une table ronde sur  la notion d’accompagnement lors des apprentissages aura également lieu à 17h. Quelques ressources à découvrir ici
En Bretagne, deux soirées d’information  autour de la dyslexie auront lieu d’une part, le 8 octobre à la Bibliothèque de Vitré, dans le cadre du programme  Lire dans tous les sens et en association avec leur ludothèque Lire et apprendre autrement ;d’autre part le 11 octobre,  à la Bibliothèque de Chavagne avec l’association Chemins de lecture et l’Aapedys 35 et une présentation des ressources pour la lecture accessibles aux dys
La Bibliothèque des Champs Libres à Rennes et Livre et lecture en Bretagne organisent une conférence le mercredi 9 novembre à 18h30 : La dyslexie  : un point, des interrogations ! et une journée d’étude  complète le jeudi 10 novembre autour de la thématique « Lecture et dyslexie » avec des interventions de chercheurs, un espace forum et des Dys-Dating : programme
L’accueil des publics dys est un enjeu important pour les bibliothèques aujourd’hui car les dispositions de la Loi Liberté de la création élargit les bénéficiaires et assouplit le fonctionnement de l’Exception au droit d’auteur en faveur du handicap et devrait permettre un accès facilité des publics « dys » aux ressources numériques adaptées.
Une lecture utile : les recommandations de l’IFLA pour les services de bibliothèques aux personnes dyslexiques disponibles sous forme de checklist en français ici
ou en version complète en anglais ici

Journée d’étude « Handicap et numérique en bibliothèques » le 13 octobre, profitez des derniers jours pour vous inscrire!

PROGRAMME
Jeudi 13 octobre 2016 – Médiathèque centrale Emile Zola, Montpellier

9h : Discours d’ouverture
9h30 : Introduction : Compétences et cultures numériques comme outils d’inclusion sociale,
Stéphanie Lucien-Brun, Conseil français des personnes handicapées pour les questions européennes (CFHE).

10h : Quels cadres pour une démarche ?
Le référentiel général d’accessibilité pour les administrations (RGAA) : contextes juridiques, démarches, chaîne de l’accessibilité numérique,
Antoine Cao, Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’Etat – DINSIC.
Le baromètre de l’accessibilité numérique en bibliothèque : présentation et retours d’expérience,
Vanessa van Atten, Service du Livre et de la Lecture (MCC/DGMIC)
Natalie Niang, Bibliothèque publique d’information (à confirmer)
Albane Lejeune, Médiathèques de la Baie, Saint-Brieuc.11h15 : Les outils numériques, plateformes et contenus.
Un panorama des outils numériques pour construire une offre de bibliothèque accessible
Valérie Serre-Rauzet, Réseau des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole.
L’utilisation en bibliothèque municipale des plateformes de livres au format Daisy ; BNFA (bibliothèque numérique francophone adaptée) et EOLE,
Jean-Michel Ramos, Médiathèque José Cabanis, Toulouse.
La place du numérique dans une politique d’accessibilité, l’exemple de Montpellier Méditerranée Métropole : offres, actions, acteurs, partenariats, territoires et évaluation,
Sylvain Franceschi, Marion Lorius, Réseau des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole.14h – 15h30 : Ateliers (sur inscription, un atelier par participant) :
Visite de l’espace Homère et atelier Tablettes pour personnes déficientes visuelles/avec autisme/troubles DYS/Handicapées mentales:
Marie Pasquier et Christophe Vigneron, Réseau des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole (espace Homère – 30 places).
Mon portail, ma synthèse vocale et moi:
Hélène Kudzia, responsable du pôle Lire autrement de la Médiathèque Marguerite Duras, ville de Paris (auditorium musique – 40 places).
Retour d’expérience des Espaces publics numériques (EPN) du Lyonnais:
Carole Duguy (salle travail musique – 20 places).
Une application d’aide à la visite d’exposition en bibliothèque : l’exemple de l’application Bretécher,
Nathalie Daigne, chef du service Développement des publics, Bibliothèque publique d’information (salle d’initiation informatique – 30 places).
Benjamins Média, une offre de livres numériques développés de manière participative avec les publics,
Sophie Martel, Benjamins média (salle plénière – 45 places).15h30 – 16h15 : Restitution par les rapporteurs des ateliers en plénière,
Modération et synthèse : Françoise Fontaine-Martinelli,  ABF – commission Accessibib.
16h15-16h45 : retour sur la journée par le grand témoin : Jean-Christophe Parisot de Bayard,Préfet, en mission de service public chargé de la lutte contre l’exclusion.

Entrée libre sur inscription (obligatoire) : pro.bpi.fr/inscriptionJEaccessibilitenumerique/

Contact : frederic.sadaune@bpi.fr

Médiathèque centrale Emile Zola
218 Boulevard de l’aéroport international
34000 Montpellier

Accessibilité : salle plénière accessible de plain-pied, vélotypie et interprétation en LSF.

 

Retour d’expérience : Port’âge auprès du public déficient visuel à la médiathèque Marguerite Duras

objets symbolisant le portage : sac à dos, livres, livres audio, dvd

par Lou (Service civique mission Port’âge, médiathèque Marguerite Duras – Paris)

Le Port’âge est le service de portage de documents (livres, DVD, CD, livres audio, revues, etc.) à domicile des bibliothèques de la Ville de Paris. Gratuit, il est assuré par des volontaires du service civique auprès des personnes âgées ou handicapées.

En octobre 2015, j’ai commencé ce service civique de dix mois à la médiathèque Marguerite Duras (20e). Il s’agit, avec la médiathèque Marguerite Yourcenar (15e), de l’un des deux pôles « Lire Autrement » adaptés aux déficients visuels. Cela signifie une équipe formée à l’accueil de ce public, des collections spécifiques (documents en gros caractères, textes lus, format audio Daisy, DVD en audiodescription), un matériel informatique adapté, des animations et des services particuliers (prêt de lecteurs Daisy, ateliers multimédias, etc.).

Pendant quelques mois, nous avons été deux volontaires à assurer ce service auprès d’une quarantaine de bénéficiaires. Ce partage des tâches m’a laissé davantage de temps pour m’investir auprès des neuf malvoyants ou non-voyants bénéficiaires du Port’âge.

Tout d’abord, j’ai évidemment continué les visites à la Résidence Saint-Louis, un ensemble de studios réservés aux personnes souffrant de déficience visuelle et gérés par le Centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts. Je rendais visite à sept personnes toutes les trois semaines.

Si les documents les plus fréquemment prêtés aux personnes non-voyantes ou malvoyantes étaient les textes lus, les livres et revues au format audio Daisy et les DVD (en audiodescription ou non), il m’est également souvent arrivé d’effectuer pour eux des téléchargements sur les plateformes réservées aux bénéficiaires de l’exception Handicap que sont la BNFA (Bibliothèque numérique francophone accessible) et Eole, la bibliothèque numérique de l’association Valentin Haüy. Je mettais ensuite ces livres audio sur des supports numériques (clés USB ou cartes SD) que les bénéficiaires m’avaient fourni préalablement.

L’une de mes bénéficiaires, si elle était familière des textes lus, appréciait particulièrement la lecture en braille. La médiathèque de l’association Valentin Haüy envoie gratuitement par voie postale des livres en braille, mais les valisettes contenant les documents sont volumineuses et parfois lourdes, ce qui empêchait cette personne de faire directement appel à eux. Tout au long de l’année, j’ai donc fait venir des livres de l’association Valentin Haüy à la médiathèque Marguerite Duras pour lui porter ensuite.

Enfin, j’ai également apporté mon aide pour chaque séance de « L’oreille ne fait pas la sieste ». Cette animation est un rendez-vous mensuel autour des livres audio pendant lequel deux bibliothécaires présentent des coups de cœur ou des documents sur une thématique précise (les contes, les sélections du Prix France Culture-Lire dans le noir…). Mon aide consistait à préparer le matériel, proposer thé et gâteaux, aider les usagers à trouver des documents en rayon, enregistrer leurs choix. J’ai également eu l’occasion à quelques reprises de présenter moi-même des livres audio.

Compte rendu : journée Handicap et culture à Mourenx, le 23 juin 2016

Le 23 juin 2016 a eu lieu à Mourenx (64) une journée interprofessionnelle ouverte à tous les professionnels de la culture, autour de la thématique Handicap et structures culturelles : De l’accueil à la coconstruction, portée par Écla, avec le soutien de la région et de la DRAC, et accueillie par le Mi[x].

logoecla

Un compte rendu de la journée, avec les powerpoints d’interventions, est à retrouver ici.

Merci à Vanessa Van Atten pour le lien !

Atelier « handicap » lors des Rencontres Nationales des Bibliothécaires Musicaux

Par Luc Maumet

Lors des Rencontres Nationales des Bibliothécaires Musicaux, qui se sont déroulées les 14 et 15 mars 2016 à Clermont-Ferrand, un atelier a été consacré à l’accueil des publics handicapés, animé par Sylvette Peignon.

ACIM

L’enregistrement de cet atelier est en ligne sur le site de l’ACIM : « Mieux accueillir les publics handicapés »

On notera en particulier les riches échanges sur l’évaluation de l’efficacité des actions ainsi que sur les modalités de recueil de statistiques et leur impact sur la pérennité des projets.

 

Handicap et numérique en bibliothèques : cadres, démarches, outils

La commission Accessibib avec la Bibliothèque publique d’information, le Service du Livre et de la Lecture (MCC/Direction générale des médias et des industries culturelles) et le réseau des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole organisent une journée d’étude intitulée « Handicap et numérique en bibliothèque : cadres, démarches, outils » qui se déroulera à la médiathèque Emile Zola de Montpellier le jeudi 13 octobre 2016.

Les visiteurs du soir invitent Les Doigts Qui Rêvent

Jeudi 16 juin 2016 de 18h à 20h Solène Négrerie présentera Les Doigts Qui Rêvent (LDQR) lors d’une séance du cycle de rencontres Les visiteurs du soir, à la BNF.

centre_national_livre_enfants

Le Centre National de la Littérature Pour la Jeunesse – La Joie par les Livres (CNLPJ) propose un cycle de rencontres autour des acteurs de la littérature jeunesse, intitulé les visiteurs du soir. Il invite alternativement des éditeurs, auteurs, illustrateurs, conteurs et a déjà accueilli Valérie Zenatti, Hubert Ben Kemoun, L’Ecole des loisirs… Ce cycle de formation est accessible à tous gratuitement, sur réservation. On peut librement consulter les archives : lire les comptes-rendus et écouter en ligne les rencontres passées.

 solène negrerie touche sonlivre la chasse à l'ours

Les Doigts Qui Rêvent est le prochain invité des visiteurs du soir, jeudi 16 juin à 18h. C’est l’éditeur historique en France de livres tactiles, qui œuvre depuis une vingtaine d’années dans ce secteur. Depuis quelques titres on note une diversification de son champ d’activité. On a déjà parlé sur ce blog du coffret multisensoriel, pédagogique et novateur autour de Lucky Luke et de la bande dessinée. Aujourd’hui LDQR ne se cantonne plus aux seuls livres tactiles, mais introduit des compléments sous la forme de version audio DAISY de l’histoire (Alice racontée aux petits), voire d’un DVD contenant une version audio et en Langue des Signes Française (La chasse à l’ours).

la-chasse-a-l-ours couverture

 

Pour en savoir plus :

Le site de l’éditeur Les Doigts Qui Rêvent

La présentation de la rencontre du 16 juin et les modalités d’inscriptions sur le site du CNLPJ

 

 

Rencontre ados-adultes déficients visuels autour du Prix ados

par Françoise Sarnowski, le 15 mai 2016

Pour la seconde année consécutive, une rencontre a été organisée par la Médiathèque d’Ille-et-Vilaine et Bibliopass autour du Prix ados sonore.

Rencontre autour du prix ados sonore 2016

Rencontre autour du prix ados sonore 2016

Pour rappel : le Prix ados Rennes / Ille-et-Vilaine a été créé en 1994 pour encourager la lecture des adolescents de 13 à 16 ans. Porté par la médiathèque départementale d’Ille-et-Vilaine, il fédère collèges, bibliothèques municipales et une librairie jeunesse autour d’une sélection annuelle de 8 à 10 livres. Les auteurs sont invités en juin à la remise du prix et font des tournées dans les différents lieux à la rencontre des jeunes.

En 2005, la Médiathèque Lucien Herr de Saint-Jacques de la lande, qui avait créé un « Pôle Borges dédié à la malvoyance » a commencé à transcrire les livres en compétition en version sonore pour les besoins des jeunes scolarisés au Collège des Ormeaux de Rennes, qui possède une ULIS, Unité localisée pour l’Inclusion scolaire de jeunes déficients visuels. La première année fut épique : avec les moyens du bord, les bibliothécaires ont enregistré les livres. Mais dès 2006, un budget a été demandé pour procéder à des enregistrements de qualité. Des comédiens ont été recrutés puis formés au logiciel permettant d’obtenir des livres au format Daisy, avec le partenariat du GIAA (Groupement des Intellectuels Aveugles et Amblyopes). Les CD ont été proposés dans des boitiers au format DVD afin d’intégrer une jaquette semblable aux livres. Le succès a dépassé les espérances puisque des jeunes porteurs d’autres handicaps les empêchant de lire ont sollicité le droit d’emprunter ces livres daisy, et des adultes déficients visuels ont tout de suite été des auditeurs fidèles car la qualité d’enregistrement les séduisait.

En 2015, la médiathèque départementale a repris le lourd travail que faisait la médiathèque de Saint-Jacques et Bibliopass, dans sa mission d’accompagnement à l’accessibilité des bibliothèques a cherché des idées simples pour mieux valoriser ce travail important qui restait trop confidentiel. L’idée est donc venue de faire se rencontrer des jeunes et des adultes autour de quelques titres de la sélection. En mai, se sont donc retrouvés au collège 4 adultes déficients visuels, 6 adultes professionnels (principale adjointe, documentaliste, bibliothécaires…) et 8 jeunes scolarisés de la 5ème à la 3ème.

Les adultes de la réunion

Les adultes de la réunion

La discussion a porté sur chacun des 3 livres sélectionnés pour leur capacité à intéresser à la fois adolescents et adultes. Et les différences d’appréciation sont intéressantes à écouter : Le livre Vers le bleu par exemple, a un peu choqué les adultes par le nombre de mots crûs, qui n’ont pas dérangé en revanche les jeunes. Pauline demoiselle des grands magasins a un peu énervé les adultes parce qu’il est une sorte de plagiat de Au bonheur des dames de Zola, ce que les jeunes ont découvert puisqu’ils n’ont pas lu ce classique. La poésie fantastique du roman Le prodigieux destin de Peter a séduit certains adultes et certains jeunes tandis que d’autres lecteurs n’ont pas du tout accroché. L’âge ne joue pas toujours donc dans ces différences d’appréciation !

La seconde partie du débat a porté sur les différents modes de lecture : Patricia est une dame qui, ayant perdu la vue tardivement, lit beaucoup en sonore et n’est pas assez bonne brailliste pour lire. Jean-Baptiste, en 3ème, lit en noir mais préfère les livres audio, comme Lilouenn en 4ème. Anaïs, en 5ème, lit plutôt en braille. Nasredine, professeur de musique, lit en braille et en numérique.

Benoit, de la Médiathèque départementale et Françoise, de Bibliopass, ont apporté en conclusion des informations sur les services proposés sur le territoire et les avancées technologiques permettant de lire plus facilement. Ils ont rappelé aussi qu’il existe un catalogue de la centaine de livres enregistrés dans ce cadre du prix ados, puisque ce travail se fait depuis 10 ans et que les suites ont aussi été enregistrées lorsque le Tome 1 d’un roman figure dans une sélection.

Les livres et leur version sonore

Les livres et leur version sonore

Cette belle collection de littérature ado-adulte est bien sûr disponible au-delà de l’Ille-et-Vilaine : tous les titres sont présents sur la BNFA (Bibliothèque numérique francophone accessible) développée par Braillenet et les bibliothécaires peuvent s’en faire les médiateurs car cette ressource n’est pas connue de toutes les personnes empêchées de lire. Il est possible aussi de commander un lot chaque année pour une somme très symbolique de 20 € qui ne rembourse que les CD vierges et les boitiers.

Faites vivre les livres du Prix ados sonore d’Ille-et-Vilaine sur votre territoire !!

En savoir +

 

L’exception handicap en quelques chiffres à la médiathèque Marguerite Duras

Avec l’ouverture de la médiathèque Marguerite Duras en 2010, le réseau des bibliothèques de la Ville de Paris lançait son deuxième pôle Lire Autrement : une équipe formée à l’accueil des déficients visuels, des collections et des animations accessibles aux aveugles et malvoyants, bref un projet inclusif autour de la mixité des publics. 6 ans plus tard, le bilan est très positif !

Façade Médiathèque M Duras (c) Marc Verhille

Façade de la Médiathèque Durac (c) Marc Verhille

Les usagers aveugles et malvoyants sont au rendez-vous et de plus en plus nombreux : sur 362 bénéficiaires de l’exception handicap inscrits dans le réseau parisien en 2015 (238 en 2014), 73 se sont inscrits à Duras et 74 y ont emprunté des documents en 2015.

Si les usagers reviennent régulièrement, c’est avant tout pour profiter de la variété des collections mises à leur disposition. En tête des usages, on trouve le prêt de livres audio. Les collections spécifiques de livres et revues DAISY ont attiré 42 déficients visuels qui ont emprunté 718 documents DAISY (362 sur CD, 356 via téléchargement). Une petite moitié des inscrits aveugles et malvoyants ne recourt pour l’instant qu’aux collections accessibles à tous : DVD en audiodescription, musique, livres en gros caractères, livres tactiles… La gratuité offerte aux bénéficiaires de l’exception handicap pour l’emprunt de tous les supports est très appréciée.

Comme l’ensemble des fréquentants de la médiathèque, les aveugles et malvoyants manifestent leur intérêt pour la variété des services offerts et la possibilité d’alterner entre services personnalisés et activités inclusives : richesse de la programmation culturelle, portage, ateliers multimédia, notamment sur les lecteurs DAISY et le téléchargement de livres DAISY (31 séances en 2015)…

Nul doute que l’expérience acquise par l’équipe de la médiathèque Marguerite Duras joue un grand rôle dans le succès de son pôle Lire Autrement.